P. Aquiline Tarimo SJ: un an après, Hekima se souvient

Print Friendly, PDF & Email

Un an après le décès du Père jésuite Aquiline Tarino, SJ l’heure était aux commémorations ce mercredi 22 janvier 2020 sur le campus d’Hekima University College. En présence des jésuites de la province de l’Afrique Orientale, des étudiants et des proches collaborateurs de la Compagnie de Jésus, le Père Orobator Agbonkhianmeghe, président De la Conférence des jésuites d’Afrique et de Madagascar (JCAM), a présidé, dans la chapelle de l’université, une célébration eucharistique pour la vie et l’héritage de celui qu’il a qualifié de « guerrier ». Un arbre a été planté à son honneur dans la cour de l’université.

L’émotion était palpable ce mercredi dans la chapelle d’Hekima University College, au cours de la célébration eucharistique en l’honneur de celui qui a été principal de l’université. L’homélie a été dite par le Père Gaspard Sunhwa, SJ, professeur de théologie morale. Dans une vibrante homélie, empreinte d’émotion et d’humour, le père Sunhwa a rendu hommage à un ami et promotionnaire, un homme de foi, un chercheur discipliné, un homme qui avait de la passion pour le continent.

Un homme de profonde foi, discipliné et passionné pour l’Afrique

Le père Gaspard Sunhwa a retracé dans son homélie le fil de ce sinistre soir. Ce 09 janvier 2019, ou le père Aquiline S. Tarimo, SJ, mourrait dans le centre spiritual jésuite Mwangaza de Nairobi. Il était 02 heures du matin. « Une mort qui m’avait non seulement attristé, mais a provoqué aussi en moi une joie », a témoigné le père Sunhwa. Mais au-delà de tout, a-t-il ajouté, nous pouvons retenir que le père Tarimo était un homme de profonde foi. Une foi profonde en Dieu qui lui a permis de faire face à sa maladie et à sa douleur avec une admirable résilience. Au soir de sa vie, il a su accepter sa mort. Excellent professeur et écrivain prolifique, le père Tarimo n’était pas seulement un homme de profonde foi mais aussi un érudit discipliné qui ne tolère pas la paresse ni la médiocrité intellectuelle. Homme de peu de parole, il a fait de la ponctualité son leitmotiv. Dans un monde où plusieurs ont choisi d’embrasser l’inculturation de la médiocrité, a souligné le père Sunhwa, le père Tarimo n’a pas toléré la médiocrité.

Dans son homélie, le père Sunhwa a mentionné un combattant acharné pour la justice sociale, épris de passion pour le continent africain. Cette passion, il a invité à le découvrir surtout dans sa dissertation de doctorat sur les Droits de l’Homme. Tarimo, a dit le père Gaspard, était un homme qui avait le désir d’une bonne gouvernance en Afrique, libre de toute forme de corruption. Enfin le père Sunhwa a rendu hommage à un homme, ami des pauvres qui a su se laisser toucher par les marginalisés, et qui a su être attentif aux besoins des autres.

A l’issue de la célébration eucharistique, tous ont tenu à être présent à la cérémonie de plantation de l’arbre en l’honneur du Père Tarimo. Le Père Orobator et le Père Sunhwa ont procédé à la mise en terre de l’arbre dans la cour d’Hekima College près de la cantine des étudiants, une cantine qui porte d’ailleurs le nom de l’illustre disparu.

 Cedric Mouzou, SJ- Nairobi (Kenya)

Laisser un commentaire