Hekima: Les Jésuites prient pour le repos de l’âme de Philip

Print Friendly, PDF & Email

La communauté jésuite d’Hekima vient de perdre un collaborateur en la personne de Philip Mafabi, le couturier. Dans son décret XXIII, la 34e Congrégation générale a invité notamment les jésuites à « promouvoir la collaboration avec les laïcs ». Philip aura été un collaborateur proche des jésuites jusqu’à son retour à la Maison du Père.

C’est en effet dans la matinée du 06 mars 2017 que le père John Ghansah, Recteur et Supérieur de la communauté jésuite d’Hekima annonce aux membres de sa communauté le décès de M. Philip, le couturier de ladite communauté. Dans son message, le père Ghansah, SJ rappelle que c’est dans la prière que celui qu’affectionnaient les jésuites d’Hekima en la personne de Philip, a rejoint la Maison du Père la veille.

Le défunt Philip Mafabi, qui laisse sa jeune épouse et trois jeunes enfants, était un réfugié ougandais qui vint au Kenya suites à une situation politique difficile dans son pays. Il a travaillé comme tailleur-couturier pour gagner sa vie. Et durant ces six dernières années, souligne le père John Ghansah, SJ « c’est Philip qui a confectionné toutes les aubes des diacres ordonnés à Hekima College ».

Philip un collaborateur qui a inspiré des jésuites

Pour le diacre malgache Hervé Ramarolahy, SJ « c’est davantage en matière de confection et de conseils vestimentaires que Philip lui a été d’un très grand secours ».

Pour le jésuite camerounais Fabrice Kameni, « c’est une grande perte pour Hekima vu surtout les qualités humaines dont faisait preuve Philip ».

Le jésuite tanzanien Frederick Meela, souligne de son côté, « l’habileté et la dextérité de Philip notamment en matière de retouches : ourlets, ajustements, changement de fermeture etc. »

Tout au long de la semaine et jusqu’à la veillée funèbre, les Jésuites se rendent au domicile familial de Philip pour la prière, tandis que plusieurs messes sont dites aussi pour le repos de l’âme de Philip dans la chapelle d’Hekima.

Honoré Onana Olah, SJ

Laisser un commentaire