Insérer-accompagner

Print Friendly, PDF & Email

insérerChacun doit faire son chemin dans la vie. Nous ne pouvons pas nous substituer aux enfants, mais nous avons la responsabilité de les accompagner. Pas toujours, mais de temps en temps, surtout aux premiers carrefours de la vie, nous tenant par la main et regardant vers l’avant.

Mvan

La décision d’un départ en famille doit être le résultat d’un consensus entre l’enfant et les éducateurs. Un travail de fond y est effectué au préalable, avec la collecte des informations susceptibles de nous orienter sur un éventuel retour en famille. Nous comptons aussi avec la coopération la famille pour faciliter le retour de l’enfant. Le plus souvent, nous préparons l’enfant et ainsi que la famille. Dans certains cas, nous nous sommes confrontés à des situations dramatiques parce que les familles rejettent leurs enfants. Cela est pénible et difficile. Les enfants enfin prêts sont accompagnés par les éducateurs du Centre. Cette responsabilité incombe à chaque référent, qui se charge de conduire l’enfant auprès de sa famille. Parfois, certains parents viennent chercher leurs enfants au Centre, puis les ramènent à la maison. Le travail de réinsertion nous donne assez de satisfaction et aussi rend un bon service à des familles restées longtemps sans nouvelles de leur enfant. Nous remercions la Providence en qui nous déposons tout notre travail, cela nous encourage et nous pousse à donner le meilleur de nous-mêmes.

Maison Frère Yves

Toutes les activités que nous organisons au Foyer concourent à la resocialisation du jeune en vue de son retour en famille. Le processus commence par la prise de contact avec la famille, chose qui est souvent bien difficile, puisque nous dépendons des renseignements que parfois l’enfant ne veut pas nous donner. Il arrive aussi que la famille ne veuille pas du tout accueillir l’enfant et il faudra beaucoup de patience et du temps pour débloquer les situations. Lorsque l’enfant se sent prêt à retourner en famille et que la famille est aussi prête pour l’accueillir, il peut y retourner. L’enfant est accompagné en famille par un éducateur. On est parfois obligé de passer par les liaisons sociales lorsque la situation géographique ne nous permet pas d’intervenir directement, car pour les très longs voyages nous ne disposons pas toujours de moyens.

Arche

Au terme de leur séjour au Foyer, les jeunes rentrent en famille. Ainsi, cette année, onze jeunes ayant séjourné plus d’un mois au Foyer sont retournés en famille ; parmi ces jeunes quatre continuent à bénéficier d’une aide du Foyer. Le plus grand problème reste celui de l’implication effective des parents dans le processus d’insertion durable des jeunes ; malgré cela, nous ne nous décourageons pas et continuons à donner le meilleur de nous-mêmes pour aider ces jeunes.

Centre Socio-éducatif de la prison Centrale de Yaoundé.

Dans la mesure de nos moyens, nous accueillons au Foyer les mineurs sortis de prison ou ceux qui nous sont confiés par la justice en vue de leur insertion familiale et socioprofessionnelle. Ceux-ci séjournent au Foyer pendant une période plus ou moins longue. Mais la majorité vient afin que nous contactions leurs familles pour un retour immédiat ou alors juste pour leur payer les frais de transport pour rejoindre leur famille. Pour ceux qui restent longtemps au Foyer, ils suivent une formation professionnelle. Cette année 2 jeunes sortis de prison suivent une formation au Foyer et 5 continuent leurs études dans leurs familles avec le soutien du Foyer.

De nombreux jeunes, après leur libération, sollicitent l’aide du Foyer soit pour une médiation familiale ou pour des aides diverses (Etablissement des CNI, aide pour le logement, pour compléter la scolarité, matériel de formation, frais de transport pour le retour en famille…) Nous essayons de discerner et voir ce que nous pouvons faire selon leurs vrais besoins et dans la mesure de nos possibilités.

Nous tenons ici à remercier l’administration pénitentiaire ainsi que les magistrats pour la bonne collaboration avec le Foyer. Nous remercions également les autres associations avec qui nous avons de bonnes relations pour la cause des mineurs.