Le CERCLE

Print Friendly, PDF & Email

1 – Ce qui existe

Mission : Contribuer à la formation intellectuelle, humaine et spirituelle des lycéens et étudiants de Ouagadougou, surtout de ceux qui ne disposent pas chez eux d’un environnement favorable à l’étude.

Objectifs particuliers :

Mettre à la disposition des élèves locaux, livres, journaux et revues pour l’étude

Fournir un appui scolaire serré à 120 élèves candidats libres en classes d’examen
Proposer des formations en méthodologie et en informatique
Proposer des activités culturelles propres à développer la créativité, l’expression et le débat d’idées : édition d’un journal, théâtre, forums divers, conférences, ciné-club…
Proposer des activités religieuses : prière hebdomadaire, récollection, formation biblique
Proposer des activités sportives

Moyens :

Locaux : salles d’étude et de classe, deux bibliothèques, bureaux, terrains de sport.
2 jésuites : un directeur à mi-temps, un régent à plein temps
2 laïcs animateurs : un à plein temps, un à quart de temps
Un bibliothécaire à plein temps
Quatre employés : entretien et gardiennage
Une dizaine de professeurs et moniteurs bénévoles
Une douzaine d’élèves bénévoles pour tenir des permanences
Finances : Dépenses en 2003/04 : 14 millions de francs cfa. Elles ont été couvertes par des recettes correspondantes qui viennent de la contribution des élèves et étudiants (34% des recettes), des revenus de la fondation du CERCLE (35%), de dons divers (23%), de produits divers (8%).

Personnel :

Evolution : Le nombre d’inscrits au CERCLE a augmenté, nous avons depuis 4 ans plus de mille inscrits par an. Depuis 1999 le CERCLE a bénéficié de la présence de régents (sauf une année), elle a été très bénéfique pour le suivi scolaire et pour l’animation.

Problèmes rencontrés : gérer l’augmentation des inscrits au CERCLE. Nous voulons limiter à un millier d’élèves, car au-delà de mille l’organisation sera plus lourde, et si l’on veut toucher davantage d’élèves mieux vaut créer un autre CERCLE ou une succursale du CERCLE dans un autre quartier de la ville. Cependant pour les mille inscrits actuels nous sommes à l’étroit et nous avons besoin d’au moins deux salles supplémentaires. Autre problème : chaque année il faut trouver le complément du budget (environ 23%).

2 – Pertinence de l’oeuvre

C’est une œuvre de la Compagnie, dirigée par elle. Avec cette œuvre, la Compagnie propose quelque chose d’original que peu d’autres font. Le cadre du CERCLE est souple et offre la possibilité de nombreuses activités en fonction des compétences des animateurs. Le CERCLE rend un service discret mais très réel. Nous touchons des jeunes qui sont assez largement issus de classe modeste.
L’œuvre est bien admise par l’Eglise locale (qui a prêté le terrain), et elle est bien intégrée dans l’organisation apostolique diocésaine.
La société est favorable à cette institution pour la jeunesse qui est bien connue (des milliers d’élèves sont passé au CERCLE depuis 20 ans) et dont les parents apprécient particulièrement le sérieux. Le nombre des inscrits augmentent et nous sommes obligés de refuser des inscriptions !

3 – Les besoins

Actuellement :

Personnel jésuite : 1 jésuite directeur à mi-temps, 1 jésuite scolastique animateur/professeur

Finances : 14/15 millions par an. Cela est pratiquement assuré actuellement grâce à l’apport du lycée jésuite de Franklin (Paris, France).

Projets en cours : Construire deux salles supplémentaires pour augmenter la place disponible, besoin à cet effet d’environ 30 millions dont la moitié pourrait être trouvée auprès d’une ONG espagnole.

in L’état de la PAO en 2006

Le Centre d’Etude et de Réflexion pour Collégiens, Lycéens et Etudiants (C.E.R.C.L.E.) est une œuvre confiée à la Compagnie de Jésus. C’est une sorte d’aumônerie, et mieux, un centre culturel. Le C.E.R.C.L.E. dispose d’une bibliothèque assez fournie qui intéresse à la fois les élèves et les étudiants. Des cours de répétitions concernant plusieurs disciplines y sont organisés dans le but d’aider les élèves à mieux se préparer aux examens. Le C.E.R.C.L.E. offre un cadre paisible où les élèves et les étudiants peuvent venir étudier leurs leçons, utiliser les tableaux pour faire des exercices, etc. C’est également un lieu d’échange et de débat ou se tiennent des conférences, etc.

Les activités du Cercle s’organisent autour de trois pôles :

Activités académiques : Les cours d’appui regroupent des élèves de troisième et terminale, qui reçoivent dans la journée, les cours surtout dans les matières principales : maths, sciences physiques, philosophie, anglais, histoire et géographie. Ces cours sont complétés par les examens ‘blancs’, BEPC et BAC organisés chaque année et par les cours de soutien dispensés aux candidats réguliers le soir. Les sessions d’informatique, permettent d’initier les membres qui le désirent au traitement de texte et à la navigation sur Internet. Le CERCLE poursuit cette tâche de formation intellectuelle dans le cadre des conférences, du Club des lecteurs, de son journal intitulé La Gazette.
Activités sportives et culturelles : Au CERCLE, les activités ‘culturelles’ (ballets, musique, théâtre) préparent chaque année la Nuit Culturelle. Depuis quelques années, le CERCLE s’est engagé en compétition aux côtés des établissements secondaires de la ville dans le cadre d’un concours appelé ‘CASEO’. En outre, une projection vidéo, suivie une fois par mois d’un débat, permet aux membres du CERCLE toujours plus nombreux à ces séances de se détendre les samedis et dimanches. Le sport trouve aussi sa place quoique modeste, tous les mardis, jeudis et samedis, avec le football (Maracana), le basket et le volley-ball.
Activités spirituelles : Dans ce bouillonnement intellectuel et culturel, les activités spirituelles se déroulent discrètement par la prière du mercredi devant la grotte mariale ; une récollection et une retraite se font tous les ans.

A. Bado, sj

in NPAO n° 181 du 07/10/2002
Le ‘CERCLE’ à Ouagadougou n’est pas un cercle

Au Burkina Faso, la Compagnie est présente par les deux œuvres qu’elle gère à Ouagadougou : le Centre Spirituel “Paam-Yõodo” et le CERCLE (Centre d’études et de réflexion pour collégiens, lycéens et étudiants), situé côté Nord de la Paroisse St Pierre de Goughin. Alors que le Centre spirituel est plus récent, le CERCLE quant à lui grouille de monde depuis 1985.

Cette année, le CERCLE malgré ses étroits locaux a réussi à franchir la barre des mille inscrits. Le CERCLE est connu d’abord pour sa vocation première, comme un lieu d’études et de réflexion. A cet effet, il est doté de toute la logistique nécessaire : tableaux, salles, bibliothèques, espace de jeux. Mais le CERCLE se présente aussi comme un lieu de formation et à ce titre, des espaces pour des cours et autres activités formatrices sont ouverts.

Les cours d’appui regroupent des élèves de troisième (30 environ) et terminale (50 environ), qui reçoivent dans la journée, les cours surtout dans les matières principales : maths, sciences physiques, philosophie, anglais, histoire et géographie. Ces cours sont complétés par les examens ‘blancs’, BEPC et BAC organisés chaque année et par les cours de soutien dispensés aux candidats réguliers le soir.

Les sessions d’informatique, organisées depuis l’année dernière, permettent d’initier les membres qui le désirent au traitement de texte et à la navigation sur Internet. Le cours de méthodologie du travail intellectuel, initié par Luc Amoussou en 1999-2000 et poursuivi par M. Richard Sanou animateur au CERCLE, a dépassé le cadre du CERCLE pour se dispenser dans un lycée de la place.

Le CERCLE poursuit cette tâche de formation intellectuelle dans le cadre des conférences, du Club des lecteurs, de son journal intitulé La Gazette.

Cette année deux orateurs, professeurs à l’Université de Ouagadougou, ont su avec beaucoup de métier entretenir un auditoire d’élèves et d’étudiants, avide de connaissances sur des thèmes comme ‘L’Islam et le Terrorisme’ et ‘Le rôle des élections dans une démocratie’. Au Club des lecteurs (espèce de forum d’échanges sur les œuvres littéraires et l’actualité), des œuvres des auteurs comme Norbert Zongo, Hamadou Koné et Patrick Ilboudo ont été exposées par des élèves et étudiants. La Gazette, creuset où se forge l’art d’écrire, a publié trois numéros cette année.

Au CERCLE, les activités ‘culturelles’ (ballets, musique, théâtre) préparent chaque année la Nuit Culturelle. Depuis l’année dernière, le CERCLE s’est engagé en compétition aux côtés des établissements secondaires de la ville dans le cadre d’un concours appelé ‘CASEO’. L’an dernier le CERCLE s’est distingué par une quatrième place, contre une troisième cette année.

Dans ce bouillonnement intellectuel et culturel, les activités spirituelles se déroulent discrètement par la prière du mercredi devant la grotte mariale ; une récollection et une retraite se font tous les ans.

Le sport trouve aussi sa place quoique modeste, tous les mardis, jeudis et samedis, avec le football (Maracana), le basket et le volley-ball.

Une projection vidéo, suivie une fois par mois d’un débat, permet aux membres du CERCLE toujours plus nombreux à ces séances de se détendre les samedis et dimanches.

Le CERCLE attire beaucoup de monde et répond à un besoin réel dans la ville. Il existe d’autres structures plus modestes et moins organisées que le CERCLE. Le cadre en effet est étroit et conscient de cela, les directeurs précédents et l’actuel ont engagé en vain une démarche auprès des autorités diocésaines pour que l’espace territorial du CERCLE soit agrandi. D’autres solutions sont en étude et l’espoir est permis.

Cette affluence que le CERCLE connaît est en général nocturne. Aussi la plupart des activités (sauf les cours d’appui) sont programmées à ces heures de pointe, même si l’affluence n’est pas toujours ce qu’on aurait souhaité. Les statistiques révèlent qu’à peine un cinquième des membres est touché par nos activités. Ce qui n’est pas du coup encourageant, mais pas suffisant pour décourager l’équipe des cinq animateurs (trois jésuites dont un à temps partiel et deux laïcs) qui se dévouent sans se lasser à ces activités de formation. N’oublions pas ceux qu’on appelle les ‘ouvriers’ qui dans l’ombre, font avec beaucoup de dévouement le gros du travail manuel et dont le labeur contribue à rendre toujours plus agréable le cadre d’études. Le CERCLE, un cadre qui continuera de rester attrayant et devant qui se dressent de longs jours, surtout si la Compagnie s’engage à lui fournir pour les années à venir du personnel.
Aurélien Folifack, sj