Jubilé d’or du secrétariat de la justice sociale et de l’écologie de la Compagnie de Jesus à Rome

Print Friendly, PDF & Email

50 ans ça se célèbre ! Car ce n’est pas cinquante jours. Sur invitation du très Révérend Père général, Arturo Sosa, environ 210 délégués des six assistances de la Compagnie universelle et leurs collaborateurs laïcs se sont retrouvés dans la salle de la congrégation générale du 4 au 8 novembre 2019 à Rome pour rendre grâce à Dieu pour ses merveilles et sa fidélité sans faille durant ces 50 ans.

Dans son mot de bienvenue, le secrétaire de la Justice Sociale et de l’écologie, le Père Xavier Jeyaraj, a souligné l’importance de ce congrès international qui est l’occasion de rappeler le chemin de l’engagement social parcouru jusqu’à présent, de discerner notre mission à la lumière des préférences apostoliques universelles de la Compagnie et de chercher de nouvelles opportunités de collaboration et de travail en réseau avec d’autres.

Le chemin parcouru

Les différentes interventions ont fait ressortir l’historique de l’engagement social de l’Eglise qui a commencé par l’action populaire, les prêtres ouvriers qui ont marqué leurs temps et époque à travers leurs actions sociales.

Dans la Compagnie, sans ignorer l’apport considérable des premiers compagnons, il a été rappelé que ce fut le Père Général Janssens qui a donné l’impulsion de la création des centres sociaux pour la promotion de la justice sociale. Et depuis 1969, les Jésuites et leurs collaborateurs se sont non seulement engagés pour la justice sociale, mais beaucoup parmi eux ont donné leur vie pour la cause des pauvres. C’est ainsi qu’on a pu recueillir sous forme de livre le témoignage sur 57 martyrs jésuites (Jesuit martyrs, Torches of light and hope). Parmi ces jésuites plus d’une vingtaine, Africains et Non-Africains sont morts en terre africaine.

Discerner notre mission à la lumière des Préférences Apostoliques Universelles de la Compagnie

Par rapport à la première préférence, montrer le chemin vers Dieu par la promotion des Exercices spirituels, l’accent a été mis sur un renouveau spirituel dans l’Eglise. Il faudrait une conversion à tous les niveaux ; une conversion pastorale, une conversion culturelle et une conversion synodale. C’est seulement avec un tel esprit de conversion que notre engagement social portera de fruits.

En ce qui concerne la deuxième préférence ; marcher avec les pauvres et les exclus, vu les objectifs des Nations Unies pour le développement durable, la nécessité de s’engager pour éradiquer la pauvreté qui écrase les plus vulnérables en Afrique et en Asie a été souligné avec force. Le taux de mortalité des moins de 5 ans en Afrique et en Asie du Sud sont très élevés (120/1000 enfants en Afrique et entre 80 et 119 sur 1000 en Asie du Sud). Il est en de même dans le secteur de l’éducation à cause de la pauvreté. Ceux qui atteignent le niveau secondaire en Afrique sub-saharienne sont très peu nombreux (27%). Pourtant, d’après l’économiste Jeffrey Snacks, nous avons besoin seulement de 1% des richesses des milliardaires de notre planète pour résoudre ces deux problèmes.

Aussi dans cette lutte contre la pauvreté, il est très important de tenir compte des réalités locales pour la réussite des projets de développement. La compréhension de la culture locale joue un rôle clé. Mais au-delà de la culture, il faut aussi la volonté politique. Il faut avoir de bons leaders. Car on a beau avoir de ressources financières et matérielles, mais si les dirigeants n’exercent pas un bon leadership, tout sera voué à l’échec.

Accompagner les jeunes. Dans nos apostolats auprès des jeunes, de façon consciente ou inconsciente, nous avons tendance à décider à leur place. Nous venons vers eux en maîtres et connaisseurs, en sauveurs, en tant que ceux-là qui apportent de solutions à leurs problèmes. Or cette approche n’est pas efficace. Comme l’ont fait remarqué Gregory Boyle, fondateur de Homeboys Industrie en Californie et Noluthando Honono, une jeune sud-africaine étudiante en droit; il faut savoir écouter les jeunes sans préjugés. Il faut comprendre les jeunes et ensemble chercher de solutions à de situations qui se posent à eux. En vivant au quotidien avec les jeunes, se laisser transformer par leur expérience. Confrontés à des ténèbres de la vie, aidons les jeunes à découvrir où se trouve l’interupteur qui apporte la lumière et les laisser eux-mêmes appuyer sur cet interrupteur.

Prendre soin de notre maison commune. Pour prendre soin de notre maison commune, il faut une transformation des cœurs, un changement de style de vie. Bref une transformation radicale, car notre maison commune est en feu et nous ne pouvons croiser les bras pour la laisser brûler.  Voilà pourquoi nous avons besoin de la collaboration de tous. Des exemples de travail de collaboration pour la protection de l’environnement comme GIAN (Global Ignatian Advocacy Network) et de l’association Lok Manch en Inde sont de modèles qui inspirent. Mais il faut aller au-delà et chercher de nouvelles opportunités de collaboration et du travail en réseau à l’intérieur et en dehors de la Compagnie.

Opportunités de collaboration pour l’avenir

Les défis du monde actuel sont tellement immenses que la Compagnie seule ne peut les affronter. En plus, comme ce sont de problèmes planétaires, il faut de solutions planétaires qui engagent la totalité de la planète. La Compagnie en étant ouverte à collaborer avec d’autres dans l’Eglise et dans le monde profane fera preuve d’une grande humilité. Il faut savoir bénéficier des expertises d’autres pour chercher de solutions aux problèmes d’intérêts communs.

Les différents délégués au congrès ont été exhortés à trouver de moyens et des méthodes adéquats pour mettre en pratique les enseignements, les expériences et les échanges reçus au cours de cette célébration du jubilée d’or d’apostolat social dans la Compagnie.

Puis, la clôture de ce congrès international s’est faite par une messe solennelle présidée par le P général de la Compagnie et animée joyeusement par la chorale de l’Assistance d’Afrique et de Madagascar à la chapelle du Gesu.

Après la messe, les délégués se sont dirigés vers la tombe du Père Pedro Arrupe pour une dernière prière. Pedro Arrupe, modèle de notre engagement social. Que son esprit nous inspire toujours, nous accompagne et nous guide dans nos engagements sociaux auprès des plus vulnérables !

P. Nantoïallah Matrengar Kisito, SJ

Laisser un commentaire