Centrafrique: Re-découvrir le Centre Catholique Universitaire de Bangui

Print Friendly, PDF & Email

Le Centre d’Information, d’Education et d’Ecoute du Centre Catholique Universitaire (CIEE/CCU) de Bangui en Centrafrique  vient d’épouser l’esprit des préférences apostoliques universelles de la Compagnie de Jésus. Un moyen de redécouvrir cette institution.

I.1. Brève Description du Centre Catholique Universitaire (CCU)

Le Centre Catholique Universitaire (CCU) est une structure des Pères Jésuites qui a vu le jour en 2002. Situé sur l’Avenue des Martyrs, il est à 200 mètres de l’Université de Bangui avec laquelle il collabore. Il est sous la juridiction de l’Archidiocèse de Bangui. En effet, à la date du 17 janvier 2002, une convention entre l’Archidiocèse de Bangui, représenté par Monseigneur Joachim N’DAYEN, Archevêque de Bangui, et le Père Jean-Roger NDOMBI, Supérieur Provincial de la Province de l’Afrique de l’Ouest (PAO), régulièrement délégué par le Supérieur Général de la Compagnie de Jésus, a été signée concernant la présence d’une Communauté Jésuite à Bangui.

Dans cette convention, il est demandé à la Communauté Jésuite de s’installer à Bangui pour s’occuper de l’animation du milieu universitaire et des cadres de la ville, à travers le Centre Catholique Universitaire (CCU). C’est ainsi qu’entre 2002 et 2013, le CCU s’est attelé à proposer aux universitaires des cours complémentaires et professionnels comme le Français, l’Anglais, l’Informatique, la Logistique, l’analyse et la résolution des conflits et des sessions de préparation d’entrée dans certaines Universités et dans les grandes écoles. A ces prestations s’ajoute une bibliothèque de près de 3 000 volumes. Mais au fil des années, ces formations se sont davantage intensifiées et diversifiées.

A partir de 2006, le CCU s’est enrichi avec le Centre d’Information d’Education et d’Ecoute (CIEE) ayant pour mission de lutter contre le VIH/SIDA dans le milieu universitaire.

Il importe de rappeler que les Pères Jésuites sont les membres d’une congrégation appelée Compagnie de Jésus. La Compagnie de Jésus est un ordre religieux catholique, de droit pontifical qui a vu le jour le 15 septembre 1540. Les Pères Jésuites au nombre de 17 000 environ sont présents sur tous les continents du monde. Leur but : évangélisation, éducation spirituelle et intellectuelle. En Centrafrique, les Jésuites constituent une antenne qui se rattache à la Province de l’Afrique de l’Ouest et à la région francophone de l’Afrique centrale.

I.2. Le Centre d’Information et d’Ecoute (CIEE)

Créé le 8 février 2006, avec l’appui de l’UNICEF et d’AJAN (la structure jésuite qui lutte contre le VIH/Sida), le Centre d’Information d’Education et d’Ecoute du Centre Catholique Universitaire (CIEE-CCU) de Bangui est une structure apolitique à but social non lucratif, travaillant pour la prévention et la réduction des facteurs de risque et de vulnérabilité en matière de sexualité en milieu universitaire.

Les activités de prévention et de réduction de vulnérabilité des jeunes au VIH/SIDA ont démarré en Novembre 2005 à titre expérimental dans le troisième Arrondissement de Bangui. Cependant, on notait l’absence d’intervention en matière de lutte contre le VIH/SIDA en milieu universitaire. C’est dans ce contexte que l’UNICEF a procédé à la mise en place en 2006 d’une structure socio-éducative à l’Université de Bangui : le Centre d’Information, d’Education et d’Ecoute du Centre Catholique Universitaire.

Avec l’appui technique et financier de l’UNICEF, plusieurs étudiants sont régulièrement formés à l’élaboration de leur cartographie de risque et de vulnérabilité au VIH/SIDA, à l’analyse comportementale, au plan intégré de communication et au plan de mise en œuvre. Au niveau de la Compagnie universelle, le CIEE est en continuel partenariat avec AJAN (African Jesuit AIDS Network).

Les objectifs généraux du CIEE sont :

  • Former les étudiants sur la pair éducation, la santé sexuelle de reproduction et l’éducation
  • Offrir un espace d’échange aux étudiants à travers les clubs info santé
  • Donner un encadrement moral et spirituel aux étudiants vivant avec le VIH
  • Sensibiliser les étudiants sur les facteurs et les risques de vulnérabilité au VIH/SIDA
  • Offrir aux étudiants un cadre de dépistage anonyme et volontaire
  • Offrir aux étudiants un cadre de conseil, d’orientation et d’accompagnement psychosocial

I.3. Engagement du CCU pour la paix en Centrafrique

C’est à partir de décembre 2013, que le CCU s’est donné pour mission de former des Centrafricains sans distinction à la paix et à la non-violence active. Et ce pour répondre à la crise militaro-politique qui a frappé le pays depuis mars 2013. Grâce aux programmes de formation et sensibilisation développés, le CCU travaille en partenariat avec différentes institutions, organisations et personnalités en RCA, dont la Conférence Episcopale de Centrafrique (CECA),  la Plateforme des Confessions Religieuses de Centrafrique (PCRCA), l’Enseignement Catholique Associée de Centrafrique (ECAC), l’Université de Bangui, l’Etat Centrafricain au travers du Ministère de la Jeunesse, du Ministère de l’Education et du Ministère des Affaires Sociales et de la Réconciliation.

En mars 2014, toujours à partir du CCU, est né le Réseau des Volontaires de la Paix (RVP), composés de jeunes dont l’âge moyen est de 26 ans. Et en septembre 2016, est né le Conseil National de la Non-Violence Active (CNNVA) composé des Leaders de la Non-violence active.  Au total, le CCU a formé près de 1500 personnes à la paix et à la non-violence active sans distinction de religion, d’ethnie ou de région à la date du mois de juin 2017. De ce groupe, on pourrait estimer 80% d’étudiants, 10% d’adultes engagés dans la société et environ 10% de personnes ayant directement ou indirectement participé aux dernières violences.

 Lecture du contexte actuel du pays Sur le plan religieux

La recrudescence des violences à l’égard des leaders religieux et des structures de l’Eglise est une interpellation profonde à la vigilance, à la nécessité de promouvoir encore plus les valeurs de cohésion sociale et de dialogue, une interpellation sur le rôle protecteur de l’Etat vis-à-vis de l’Eglise catholique en particulier. Le CCU se sent interpellé de continuer à former des volontaires de la paix et de la non-violence active.  En cette année  particulièrement, le dialogue œcuménique et interreligieux est à promouvoir tels que souhaité par l’Archidiocèse de Bangui pour son année pastorale

  • Sur le plan social

En reconnaissant les efforts qui sont faits çà et là sur la restauration du tissu social du pays, il faut tout de même noter que beaucoup de nos frères et sœurs centrafricains croupissent encore sous le poids de la pauvreté et de la misère. Cela interpelle notre conscience pour appeler à une meilleure répartition des richesses du pays et surtout à promouvoir des structures socio-professionnelles pouvant permettre de sortir les personnes de la pauvreté et de la misère. Les jeunes issus des familles pauvres ont besoin par exemple d’être encadrés par des centres socio-professionnels pouvant les préserver de la rue et du chômage source de la mendicité et de la délinquance.

  • Le plan éducatif

Les efforts du gouvernement pour promouvoir l’enseignement primaire, secondaire et supérieur sont certains. Cependant, ils sont insuffisants et il y a une réelle nécessité de se pencher sur la promotion d’un enseignement de qualité partout dans le pays. L’éducation est une base fondamentale et l’école peut y contribuer efficacement.

Au CCU de Bangui, la promotion d’une éducation de qualité axée sur la recherche de l’excellence et de la méritocratie constituent le terreau essentiel du foisonnement d’une nouvelle génération capable de prendre son destin en main.

Activités principales en 2018 et objectifs atteints

  • Volet spirituel

Pendant 2018, l’animation de la vie spirituelle des étudiants, des cadres et des enseignants a été faite au moyen des messes quotidiennes, l’organisation des recollections spirituelles pour les étudiants, l’offre d’un cadre de confession et d’accompagnement spirituel des étudiants et enseignants. Le nouveau bâtiment qui abrite la chapelle témoigne de cette volonté de placer au cœur de la vie estudiantine, la relation fondamentale et essentielle avec Dieu.

  • Volet formation et éducation

Durant l’année 2018, le CCU a ambitionné de former le maximum d’étudiants dans divers domaines de formation. Ainsi, au moins 400 étudiants ont bénéficié de la formation informatique ; au moins 250 ont été formés en logistique ; 150 ont suivi une formation en langue anglaise ; 50 ont suivi la formation en analyse et gestion des conflits.

  • Volet social : paix et promotion de la cohésion sociale

Le CCU par le RVP a organisé des campagnes de sensibilisation sur la paix et la cohésion sociale dans certaines contrées de Bangui avec l’aide de divers partenaires. Outre cela, au moins 200 jeunes étudiants ont bénéficié des programmes de formation liés à la paix. L’objectif majeur atteint par le CCU dans ce domaine est la publication du « Manuel d’éducation à la paix à l’usage des formateurs en RCA » rédigée par le CCU sous la direction du père Médard Sané Barwendé, Directeur sortant du CCU.

  • Volet santé sexuelle des étudiants

Par le CIEE, le CCU a contribué à encadrer les étudiants dans leur dimension affective et sanitaire. La lutte contre le VIH/SIDA dans le milieu universitaire en 2018 a été marquée par les formations d’éducation à la vie et l’amour et la santé sexuelle de reproduction organisées à l’endroit des étudiants. Des campagnes de sensibilisation ont été aussi menées à l’Université de Bangui et dans les Instituts privés de Bangui pour préparer les étudiants au dépistage.  Au moins 1100 étudiants ont bénéficié du dépistage anonyme et gratuit et ont pu connaitre leur statut sérologique.

Cinq défis prioritaires du CCU

  • L’encadrement spirituel des étudiants, des professeurs d’Université et des cadres
  • La mise en place effective de l’éducation en ligne
  • Renforcement des capacités des étudiants et des professeurs sur le dialogue interreligieux, la paix, la non-violence et la cohésion sociale
  • Contribution au relèvement éducatif de la RCA
  • L’extension des services du CCU dans les autres provinces de la RCA

Plan d’action pour 2019

L’animation spirituelle des étudiants, des cadres et des professeurs est à intensifier en 2019 à travers des activités religieuses (recollections, messes quotidiennes et dominicales, confessions, groupes de méditation…)

  • Volet éducatif

Nous envisageons de maintenir nos formations en ANGLAIS, INFORMATIQUE et LOGISTIQUE pour faire bénéficier des centaines des centrafricains. Nous avons  commencé dès le lundi 14 janvier 2019 l’éducation en ligne à partir de la Global English Language qui est un programme de la Cambridge University promu et encadré par la Jesuit Worldwide Learning (JWL). A ce jour nous en sommes à la deuxième promotion avec une moyenne d’environ 150 étudiants.

  • Volet social

Nous envisageons de maintenir les formations liées à la paix et contribuer à la promotion de la cohésion sociale. Nous comptons aussi former des formateurs à la paix à partir du Manuel d’Education à la paix à l’usage des formateurs.

  • Volet sanitaire

Le CCU par son CIEE entend former au moins 100 jeunes en santé sexuelle et offrir un cadre de dépistage gratuit, anonyme et volontaire pour au moins 3 000 étudiants. Ce qui est déjà chose faite à ce jour.

Ce sont là quelques multiples interventions du Centre Catholique Universitaire de Bangui qui est par ailleurs entré effectivement dans l’esprit des préférences apostoliques universelles de notre Compagnie de Jésus.

Jean-Pierre GANDAF WALLE, SJ

Directeur Ad interim du CCU

Laisser un commentaire