Tchad : Découvrir le CEFOD une œuvre cinquantenaire dans l’AOC

Print Friendly, PDF & Email

Du 16 au 22 avril 2019, le père Arturo Sosa, Général de la Compagnie de Jésus va effectuer une visite dans la Province jésuite de l’Afrique Occidentale (AOC). Une occasion pour nous de découvrir le Centre d’Etudes et de Formation pour le Développement (CEFOD) une œuvre de la province qui se trouve au Tchad et qui va accueillir le père Général. Au cours de ces 50 dernières années le CEFOD a contribué au développement socioéconomique du Tchad et d’ailleurs :

Entrée principale du CEFOD

Le CEFOD a été créé en 1967, au moment où le Tchad faisait ses premiers pas dans la planification économique avec l’élaboration du premier plan quinquennal 1966-1970. Mais en l’absence de compétences nationales, ce plan quinquennal avait été élaboré, avec beaucoup de peine, par des compétences externes (françaises). Quelle a été la contribution du CEFOD au développement du Tchad  au cours des 50 dernières années de son existence (i.e. 2017) !

Recyclage des fonctionnaires en planification économique

La difficulté ressentie par les autorités publiques était l’insuffisance de cadres formés en économie et en planification du développement. Les plus instruits d’entre eux avaient le niveau « BEPC ». Le gouvernement tchadien avait donc mandaté le  CEFOD pour organiser le recyclage des fonctionnaires en planification économique et des cours d’économie politique et de droit au profit des étudiants de l’université du Tchad et aux futurs administrateurs de l’Ecole Nationale d’Administration.

(de gauche à droite) Actuel directeur général du CEFOD père Ludovic Lado SJ et un collaborateur laïc M. Mbaideji Frédéric lors d’une leçon inaugurale au CEFOD


Le foisonnement intellectuel dans les années 70 était principalement irrigué par le CEFOD qui avait initié des réflexions de fond sur l’avenir du pays au premier rang des priorités l’éducation et la formation continue des hommes ; capables de prendre en charge le développement du pays ainsi que leur propre avenir. Cette ligne directrice a été largement soutenue par les hauts cadres constituant le Conseil d’administration (CA) dont la cohésion a résisté à toutes les fissurations et fractures politiques et sociales qui ont jalonné l’histoire du Tchad.

La diversité des modes d’intervention du CEFOD pour partager les savoirs, les expériences et les outils nécessaires à l’action a été fortement renforcée par des études économiques, sociales et culturelles sur le Tchad, à la demande ou à l’initiative du CEFOD. Ces études avaient été menées par les techniciens du CEFOD ou par des experts assermentés.

Un centre de documentation unique en Afrique centrale

 Le souci constant du CEFOD de disséminer le savoir en rendant disponible les informations économiques, juridiques et culturelles s’est traduit par la construction d’un centre de documentation unique en Afrique centrale et largement ouvert aux étudiants, aux chercheurs et à tous ceux qui sont intéressés par le Tchad, son histoire, sa diversité culturelle. Les usagers ont eu dès lors de meilleures conditions de recherche pouvant accueillir au moins 300 personnes.  L’Etat tchadien a ainsi confié, à travers les ministères du Plan et de la Justice, la charge de reconstituer les données économiques et juridiques détruites par les guerres successives que le pays a connues. En 1991, la Banque Tchadienne des Données Juridiques (BTDJ) a été créée. C’est une innovation du traitement du droit par la mise sur support informatique des principaux textes de Loi et la Jurisprudence. La BTDJ a inspiré plusieurs pays africains francophones qui ont procédé à la création de leurs propres banques de données juridiques. Grace aux données juridiques existantes au CEFOD, un document manquant au dossier a été retrouvé au CEFOD et faxé à la Haye.  Ce qui a permis à la partie tchadienne de remporter son procès face à la partie libyenne sur la bande d’Aouzou.

Formation de qualité pour des acteurs du changement

Le renforcement des cadres tchadiens du secteur public et privé, au cours des années de stabilité, a favorisé leur mise à niveau et de réaliser la péréquation des savoirs faire et des savoir être avec ceux des cadres issus des pays d’Afrique centrale. La plupart des bénéficiaires de programmes de formation, reconnaissent les bienfaits de cette formation et se disent confiants dans leur carrière car ils sont désormais des acteurs du changement dans leur service. La récente création du CEFOD Business School (CBS) en 2017 est une nouvelle étape dans la croissance de l’institution et vise à répondre à la demande, au niveau national, d’une formation universitaire de qualité et vise à contribuer au développement humain. 

Mémoire institutionnelle du Tchad

La diffusion de l’information a été également possible grâce à l’organisation des conférences débat et des tables rondes sur des thèmes touchant la vie de l’Etat et du citoyen tchadien.

Lors d’une récente visite au CEFOD du chef de délégation de l’Union Européenne au Tchad

L’impact des conférences organisées au CEFOD avait atteint son apogée à l’approche de la conférence nationale souveraine organisée en 1993. Plusieurs conférences avaient été organisées sur les différentes formes de l’Etat (Etat (centralisé, décentralisé, fédéral, etc.). D’éminents professeurs ont intervenu pendant ces conférences dont le Professeur J.P. Magnant et certains professeurs de l’Université du Tchad. Les textes de conférence ont été ensuite édités et vendus aux citoyens. Monseigneur de Sousa, président de la Conférence nationale souveraine du Benin, a donné un  exposé sur l’expérience Béninoise en montrant les enjeux et les défis d’une telle conférence. Ces différentes conférences ont guidé les conférenciers à la conférence nationale souveraine du Tchad pour choisir la forme de l’Etat fortement décentralisé. Plusieurs conférenciers ont d’ailleurs mené des recherches pour préparer leur communication ou pour approfondir tel ou tel sujet mis en discussion en exploitant les documents de la bibliothèque. Outre les documents papiers, il existe plusieurs documents électroniques, des documents audiovisuels ou simplement audio, des photos historiques, etc. Par la suite, tous les documents audiovisuels de la conférence Nationale Souveraine ont été collectés et archivés. Ils sont consultables à la demande à la bibliothèque.

Les Editions du CEFOD soutiennent la culture tchadienne

Les publications faites par les éditions du CEFOD ont porté sur la culture tchadienne, les actes des colloques, les textes des conférences débats et divers ouvrages thématiques tels que le Diabète, le manuel de l’usager de la route, des brochures de vulgarisation de droit, d’économie et d’histoire. Les intellectuels tchadiens se les arrachent car ces publications traitent des sujets qui cadrent bien avec le désir de savoir et de connaitre.

La vitesse de croisière atteinte par Tchad et Culture acheté à un franc symbolique au service «Education» de l’Archidiocèse de Ndjamena est passé à une parution mensuelle. Destiné au départ aux enseignants du diocèse, Tchad et Culture est devenu un journal destiné à tous les citoyens. Loin de constituer un journal événementiel, Tchad et Culture se positionne comme un journal de réflexion critique et d’analyse approfondie des aspects touchant les citoyens.

Evaluation institutionnelle et de projet

L’expertise du CEFOD s’est étendue à l’évaluation des institutions et des projets, au recrutement de cadres et à des conseils en gestion et en organisation. Le recours aux services du CEFOD s’explique par l’objectivité du service rendu et à l’absence de toute pression externe sur les décisions prises.

L’un des plus importants partenariats reste avec l’Etat. Ce dernier associe désormais le CEFOD aux grandes réflexions de politiques publiques. Les cadres du CEFOD participent au titre de la société civile et avec les autres acteurs de développement aux rencontres d’experts. Cela remet en orbite le CEFOD au centre de son caractère d’utilité publique.

Nouveau bâtiment du CBS avec le Frère Michel Taptue, SJ préfet de discipline

En 2015, le CEFOD s’est doté d’un plan stratégique sur la période 2015-2025 orientant d’avantage l’institution dans son apport au développement économique et social. L’élaboration d’un tel plan stratégique a déjà contaminé plusieurs organisations de la société civile qui se sont lancées à élaborer leur propre plan stratégique.

Lieu privilégié de rencontres et de débats contradictoires

Comme lieu de rencontre et de dialogue libre entre les citoyens, le CEFOD poursuit aujourd’hui la même logique que celle qui a présidé à sa création. Tous les visiteurs et bénéficiaires qui franchissent la porte d’entrée du CEFOD se sentent chez eux. Chacun est libre d’exprimer ses idées dans le respect des personnes et des règles élémentaires de vie en société. Le développement, c’est déjà le savoir vivre ensemble et le respect réciproque dans la différence. Le renforcement des capacités des acteurs de développement ne peut s’accommoder d’espaces inadaptés et insalubres. C’est pourquoi, le CEFOD continue à offrir, aux usagers de ses services, un cadre sécurisé et calme pour permettre des rencontres professionnelles efficaces.

La contribution du CEFOD ne se limite pas uniquement à la dissémination des savoirs techniques et au savoir vivre en société, mais elle se focalise aussi sur le respect des valeurs universelles. Malgré les moments de tension qui ont failli stopper son élan, le CEFOD a poursuivi son œuvre de soutien au développement socio-économique et culturel du Tchad.

Banat Mamout

Laisser un commentaire