Le Provincial s’exprime sur les PAU de la Compagnie de Jésus

Print Friendly, PDF & Email

A  la  suite  des  apports  de  la  Compagnie Universelle,  le  Père  Général,  ARTURO SOSA,  S.J.,  a  édifié  quatre  préférences apostoliques  pour  les  10  prochaines  années.

Le Père Hyacinthe LOUA, S.J., Provincial de la Province Jésuite de l’Afrique de l’Ouest (PAO) nous donne ici quelques pistes de réflexion pour pouvoir mieux appréhender ces préférences apostoliques universelles (PAU) de la Compagnie de Jésus.

1. PROMOUVOIR LE DISCERNEMENT EN COMMUN  ET LES « EXERCICES SPIRITUELS. » 

Par  les  Exercices  spirituels,  nous  avons  un chemin  qui  nous  mène  à  Dieu  et  par  ce moyen, les personnes que nous rencontrons dans nos apostolats. Pour le Père Général, ce discernement commun suppose à la fois une pratique personnelle et communautaire, sous le  modèle  de  la  conversation  spirituelle. Conversation  à  laquelle  j’invite  les différentes  communautés  à  s’approprier pour un grand bien spirituel des nôtres et de nos  œuvres  apostoliques.  Le  recours  aux Exercices Spirituels nécessite de notre part, un retour  à l’intériorité.  Nous  devons  être  des personnes  touchées  par  les  exercices  et  les proposer aux personnes marginalisées. Ceci, en  étant  nous-mêmes  des  personnes  de prière.  La  prière  étant  l’âme  du  jésuite,  elle nous  enracine  sur  la  Personne  de  Jésus-Christ. A  notre tour, munis de sa manière de voir, nous sommes orientés vers les autres et les  pauvres.  Ce  qui  conduit  à  la  deuxième préférence  apostolique.  C’est  au  cœur  des exercices que nous sommes mis avec le Christ mort  et  ressuscité.  Par  ce  chemin  il  devient possible  de  nous  nourrir  spirituellement  et de proposer le Christ au prochain rencontré sur nos routes apostoliques.   Cette pratique du  discernement,  partagé  avec  nos collaborateurs  et  collaboratrices  nous indique  les  manières  de  procéder,  estime  le Père Général, dans la prise de décisions. Ces décisions  doivent  être  inspirées  par  l’appel que  le  Seigneur  fait  pour  la  Compagnie Universelle et dans notre propre Province. 

2. MARCHER AVEC LES EXCLUS. 

Il  s’agit  pour  nous  et  avec  la  Compagnie Universelle,  de  nous  rapprocher  des périphéries existentielles ; d’aller aux marges et sur les bords de l’humanité marginalisée.

UAP
UAP

Toutes  ces  victimes  de « l’invisibilité  sociale » nous  interpellent  afin  d’œuvrer  pour  un monde où la  justice et la réconciliation sont nécessaires et urgentes. 

 La  justice  sociale  est  l’acte  d’incarnation  de notre  spiritualité,  par  notre  proximité effective et affective avec les plus vulnérables et  les  délaissés.  Il  nous  revient  d’ouvrir  nos cœurs aux plaintes, aux leurs de l’humanité délaissée  et  de  formuler  ensemble  les conditions  d’un  meilleur-être  par-delà  les souffrances vécues. A cet égard, « nos centres sociaux  et  nos  universités,  travaillant ensemble  et  avec  d’autres,  veulent développer  leur  capacité  à  s’engager  dans une  étude  approfondie des  problèmes économiques  et  sociaux  du  monde. »  La réconciliation  à  laquelle  nous  convie  le Seigneur  s’adresse  aux  communautés humaines ;  elle  touche  également notre rapport à la création. 

3. CHEMINER AVEC LES JEUNES

Il  s’agit  par  cette  préférence  apostolique d’accompagner  les  jeunes  dans  la  création d’un avenir plein d’espoir. Il nous revient de les  accompagner,  dans  leurs  rêves  d’un monde  construit  sur  la  justice.  Dans  notre Province,  les  paroisses,  les  centres  culturels, les  collèges  et  les  universités  représentent des  lieux  où  nous œuvrons  à  la  formation humaine  et  spirituelle  des  jeunes.  Il  est également urgent de nous mettre à l’écoute des  jeunes,  souvent frustrés  par  des diplômes  sans  lendemain.  Avec  cette jeunesse  défavorisée  autant  que  d’autres, notre accompagnement est de déterminer les possibilités,  les  opportunités  de transformation  de  notre  continent  et  du monde. Il s’agit pour nous et avec les jeunes, de  chercher  et  trouver  Dieu  dans  notre réalité.

4. PRENDRE  SOIN  DE  NOTRE  MAISON COMMUNE

La création crie sous les coups acharnés des êtres  humains,  intendants  auxquels  elle  est confiée par le Seigneur. Que faisons-nous à la  création ?  Comment  traitons-nous  notre sœur  la  Terre ?  La  crise  environnementale n’est  point  un  leurre.  Elle  frappe  de  plein fouet  nos  différents  Pays  qui  ressentent  les effets dévastateurs  du  changement climatique.  Une  urgence  écologique s’impose  à  notre  monde ;  et  en  tant  que Compagnons  de  Jésus,  soyons  en  alerte  où se joue le destin de notre maison commune.

Il revient par conséquent d’œuvrer pour une éthique  de  la responsabilité  pour  les générations futures. 

P. Hyacinthe LOUA, SJ

Laisser un commentaire