Tchad: « Galal ta Nowel »! (Joyeux Noël en langue Dangaleat)

Print Friendly, PDF & Email

La célébration de la Noël a revêtu une saveur particulière au Tchad et en particulier  dans le diocèse de Mongo avec la présence des pères jésuites Serges Semur et Pierre Chatagnon.

En effet, le vicariat de Mongo, caractérisé par les localités comme Mongo, Abéché, Bitkine, Am Timan,  Baro, Dadouar et Ati,  a vécu à sa manière la Nativité de Jésus. Comme il est de tradition dans cette zone à minorité chrétienne de l’Eglise locale du Tchad, les prêtres jésuites de la communauté St Ignace de Mongo ont rejoint les paroisses et communautés chrétiennes du vicariat dont ils ont la charge, en vue de la célébration de la Vigile et de la messe du 25 décembre jour de la Noël. Les pères jésuites Serges Semur et Pierre Chatagnon (ce dernier a pris l’habitude de venir chaque année au mois de décembre pour renforcer l’équipe apostolique du vicariat) nous partagent leurs sentiments :

A Notre Dame de Dadouar la célébration a été riche en couleurs

Le père Serge Semur, SJ a présidé la messe dans la paroisse Notre Dame de Dadouar. Galal ta Nowel ! Disent les dangaléats (une ethnie du Guéra). C’est ce souhait de Joyeux Noël, exprimé en langue dangaleat, qui invite en effet les fidèles sous le hangar aménagé pour la célébration du jour. Cette paroisse Notre Dame de Dadouar rassemble en effet les fidèles des villages alentours ; certains sont venus de Mongo et quelques-uns d’Abéché. La trentaine de jeunes de la chorale poussent leurs voix au plus haut niveau et, malgré la longue veillée – puisque la messe de la nuit a bien été célébrée –, le répertoire local n’est pas encore épuisé.

Petite touche exotique : la sœur Adrienne a fait interpréter un beau Sanctus en lingala ! Le curé de la paroisse, n’a pas manqué au cours de son homélie de faire ressortir le message de paix et de joie de Noël. Une longue procession d’offrandes ouverte par les chants et des danses locales a marqué la procession de l’eau pour les baptêmes de trois petits enfants. Noël, c’est une fête pour les enfants. C’est ainsi qu’après la messe, des jeux ont été organisés spécialement pour eux et chaque participant a gagné quelques bonbons !

A Ati, l’enfant-Jésus a reçu quelques cadeaux

Quant au Père Chatagnon, il a célébré la Nativité dans la communauté chrétienne d’Ati (situé à environ 120 Km de Mongo). La messe affirme-t-il s’est tenue dans une église bien décorée ; une très belle crèche ; une grande assemblée : priante, chantante, dansante,  joyeuse et qui, de tout cœur a proclamé son Merci à Jésus et à Dieu son Père dans la force de l’Esprit Saint. Son Merci aussi à la Vierge Marie qui nous présente son fils Jésus, notre frère, notre sauveur et notre Dieu. Des temps de silence et de recueillements, de danse ont marqué la cérémonie.

Noël au Tchad Mongo à Ati et Dadouar
Noël à Ati au Tchad-Mongo

Les enfants  de cette communauté sont venus très nombreux et bien habillés (signe d’un grand effort des parents en cette période de vaches maigres). Et à la fin de la messe, une  bénédiction spéciale  leur a été accordée (ceux encore dans les bras de leurs mères tout comme ceux assis sur la natte). Ne sont-ils pas  les biens aimés de Jésus ?  Toute la communauté notamment les étudiants, Jecistes (appartenant au mouvement de la Jeunesse estudiantine chrétienne) pour la plupart, de même que  les choristes, ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour que la fête soit belle. C’est le signe d’une jeunesse véritablement impliquée dans la vie de la communauté.

A la fin de la messe, et comme le veut  une tradition ancrée dans la communauté d’Ati,  toute l’assistance est passée devant la « grande crèche » pour saluer la Sainte famille ; serrant au passage les mains de Joseph (représentés par  deux jeunes déguisés, de la communauté.) et glissant quelques cadeaux au petit Jésus.

Propos recueillis par Hermann Badjaï, SJ

Laisser un commentaire