Bafoussam: Père Ignatius Musi Fominyen SJ…repose en paix !

Print Friendly, PDF & Email

« Serviteur bon et fidèle…entre dans la joie de ton maître » (Mt 25, 23). Telle est la parole du Seigneur retenue comme souvenir à l’occasion de la pieuse mémoire du père Ignatius Musi Fominyen, SJ, décédé le 28 avril 2018 à l’âge de 51 ans à Bafoussam (ville située à environ 300 km de Yaoundé la capitale du Cameroun).

Entré dans la Compagnie de Jésus le 21 septembre 1994, en l’occasion de la fête de Saint Matthieu, apôtre et évangéliste, le jésuite Ignatius Musi Fominyen, a été ordonné prêtre le 09 décembre 2006 et a professé ses derniers vœux le 19 mars 2018 en la solennité de Saint Joseph, époux de la Vierge Marie. Enterré le 05 mai 2018, un peu avant la célébration de la Vigile du 6e Dimanche de Pâques, la dépouille du père Ignatius Musi repose désormais dans le cimetière jésuite du Noviciat Saint Ignace à Bafoussam.

Ignatius était habité par une joie de vivre…

Le père Hyacinthe Loua, Provincial de la Province d’Afrique de l’Ouest (AOC), a lors de sa récente visite canonique au Kenya affirmé que « le père Ignatius Musi, SJ, a témoigné de son attachement au Christ non seulement dans ses paroles mais aussi par un constant ressourcement spirituel à travers la méditation quotidienne et la messe».

De son côté, le père Alain Renard, SJ, supérieur de la communauté Libermann (Douala-Cameroun) a affirmé que le père Ignatius Musi, SJ, « était habité par une joie de vivre contagieuse notamment lorsqu’il était curé de la paroisse de Notre-Dame de l’Annonciation à Bonamoussadi (Douala-Cameroun) ; il a su regarder la mort en face avec un courage inouï et affronter une agonie de plusieurs jours avec une foi qui chasse l’amertume ».

Ignatius, un exemple qui inspire les jeunes générations de jésuites

Fabrice Kameni, SJ, coordonnateur des scholastiques de la communauté jésuite d’Hekima au Kenya, a pour sa part affirmé que « le père Ignace Musi SJ a touché et inspiré plus d’un durant sa maladie ; il a enduré ses souffrances avec sérénité et plongé celles-ci dans les souffrances et la passion du Christ. Nous remercions le Seigneur de l’avoir donné à la Compagnie et à l’Eglise ».

Pour le théologien jésuite Catherin Gansa, le père Ignatius Musi, SJ, a été « un exemple qui inspire les jeunes générations de jésuites. Il nous aura marqué par son dynamisme, son travail ; mais surtout son efficacité dans l’apostolat. Il avait fait du Magis son mot d’ordre. Parmi une de ses œuvres concrètes, l’on peut noter la conversion radicale qu’a connu la paroisse Notre-Dame de l’Annonciation à Bonamoussadi tant sur le plan spirituel que matériel ».

Pour le jésuite Armel Setubi, le père Ignatius Musi, SJ « a été d’un grand soutien. Alors que je faisais mes premiers pas vers la Compagnie, se rappelle le jésuite Setubi, je me souviens d’une conversation dans la cour de la paroisse Notre-Dame de l’Annonciation à Bonamoussadi, avant mon départ pour le noviciat ; il m’avait dit ‘n’aie pas peur, vas-y et fais bien’. Il a d’une certaine façon résumé pour moi la phrase qui dit que nous devons être des ‘feux qui allument d’autres feux’. Que le témoignage de sa vie soit un feu qui continue à allumer d’autres feux, a conclu le jésuite Armel Setubi ».

Honoré Onana Olah

Laisser un commentaire