NOËL : L’Enfant-Jésus vient nous redonner joie et espérance

Print Friendly, PDF & Email

Le scolasticat de théologie de la Compagnie de Jésus basé à Hekima College à Nairobi au Kenya a connu une célébration particulière pour la veillée de Noël. Une messe solennelle a été présidée par le Père Emmanuel NSHIMBI, SJ, professeur d’Ecriture Sainte, entouré d’une dizaine de prêtres parmi lesquels les PP John GANSAH, SJ recteur de la communauté, John OKORIA, SJ, Principal d’Hekima College et Emmanuel FORO, SJ, Délégué à la formation de la Province d’Afrique de l’Ouest (PAO).

La célébration de la Vigile a été ponctuée par des séries de prestations de chants et concert, soutenues par de très belles voix de plusieurs différentes communautés de religieuses qui ont égayé l’assemblée avant le début de la messe. La messe quant à elle a commencé à 21h et a vu la participation de nombreux amis et fidèles chrétiens, religieux et religieuses venus rendre grâce à Dieu et célébrer la Nativité de Notre Seigneur Jésus. Le Père Emmanuel NSHIMBI, SJ dans son homélie, a souligné que l’incarnation de Dieu en son fils Jésus est le signe qu’Isaïe prophétisait déjà dans les moments sombres du peuple d’Israël. « Le peuple qui habitait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ».

Dieu vient nous rejoindre dans nos difficultés quotidiennes

En effet, a rappelé le prédicateur du jour, « le peuple d’Israël a longtemps vécu sous le joug et l’oppression des rois qui sapaient le bonheur tant attendu. Il en est de même dans notre vécu d’aujourd’hui, a-t-il poursuivi, où dans plusieurs pays d’Afrique, certains gouvernements n’arrivent pas à satisfaire le peuple qui les a élus. Les élections, considérées par beaucoup comme une porte de sortie à la misère, aux souffrances, à l’oppression et aux difficiles conditions de vie, sont devenus des instruments de déception. » Pour le Père NSHIMBI, les élections ont souvent fait place sur le continent, à des gouvernants qui font souffrir le peuple plutôt que de le libérer. Les difficultés d’antan que l’on espérait résoudre avec l’élection d’un nouveau leader demeurent les mêmes. De plus, le peuple se sent toujours opprimé, certains maux continuent de miner le gouvernement de nos sociétés à savoir la pauvreté, la démagogie, la corruption, les détournements. C’est dans cette souffrance que l’Emmanuel, « Dieu-avec-nous » vient nous rejoindre.

L’exemple d’une femme veuve qui passe sa Noël de manière solitaire dans sa maison, a été donné par le célébrant principal, qui a affirmé que « Jésus est venu la rejoindre dans son isolement, dans cette solitude parce qu’il a lui aussi été rejeté et mis à l’écart pendant sa naissance. Jésus aussi vient dans un monde où il ne trouve pas de place confortable, il naît dans une étable isolée de tous, entourée de bergers. C’est en effet Dieu qui nous rejoint dans nos malheurs et souffrances et nous apporte la joie ».

La célébration a continué comme de coutume, avec l’offrande de cadeaux des enfants à l’Enfant-Jésus. Rappelons que la célébration eucharistique a été animée par la chorale des scholastiques de la communauté jésuite. La célébration de la Nativité de Notre Seigneur Jésus s’est terminée sur une tonalité très festive avec les chants et danses aux couleurs africaines pour rendre grâce à Dieu de sa présence parmi nous et aussi des agapes fraternelles entre les jésuites et amis venus pour la circonstance.

Jean Amegble, SJ

Laisser un commentaire