Le père Richard Dounia, SJ : enseignant et ministre à l’ITCJ

Print Friendly, PDF & Email

Avant la célébration de la Noël 2017, le père Dounia Cheflengar Richard, SJ, enseignant et Ministre à l’Institut de Théologie de la Compagnie de Jésus (ITCJ) basé à Abidjan en Côte d’ivoire (ITCJ) a effectué une visite de travail dans la communauté jésuite d’Hekima College basée à Nairobi au Kenya. Au micro d’Honoré Onana Olah, le père Richard Dounia, SJ a bien voulu nous parler de sa mission et de spécifiquement de son travail comme ministre au cœur d’Abidjan :

Le ministre a son rôle décrit dans la IVe partie des Constitutions et du document sur l’Administration des biens de la Compagnie (IAB) de la Compagnie de Jésus. Il est celui de par son travail au quotidien aide le supérieur dans le gouvernement de la communauté. Et son rôle est essentiel. Pour le cas me concernant, je suis à l’Institut de Théologie de la Compagnie de Jésus (ITCJ) comme ministre et administrateur. Ministre parce que je m’occupe entièrement de ce qui relève de la communauté et administrateur parce que je travaille aussi au niveau académique et institutionnel.

Tout en sachant que vous êtes aussi enseignant à l’ITCJ, comment faites-vous être à la fois enseignant, ministre et administrateur ?

Après avoir été nommé comme ministre à l’ITCJ, j’ai pris le temps de savoir et d’apprendre de ce que la Compagnie attend de moi comme ministre. Comme aide du supérieur dans le gouvernement de la communauté, cela suppose que l’on connaisse ce que l’on attend de nous, ensuite on s’organise. Mieux on s’organise, mieux on est à même de répondre aux défis de cette mission. Et les défis sont énormes car le travail du ministre est un travail extrêmement sensible et exigeant.

Comme ministre je m’occupe de tout ce qui est matériel (nourriture, boisson etc.) Mais principalement de veiller à ce que tous ceux qui vivent dans la communauté aient de quoi vivre ; qu’ils aient un minimum en tenant compte de nos statuts de pauvreté. Et étant ministre dans une maison de formation, cela suppose que je veille à la fois au non gaspillage des ressources mis à la disposition par le Compagnie de Jésus et que le but pour lequel chaque compagnon qui s’y trouve en mission l’accomplisse au mieux (étudiant, enseignant, formateur, etc.) Tout est dans l’organisation.

Quelle est votre plus grande joie comme enseignant et ministre à Abidjan ?

La joie de servir et de participer à cette œuvre commune. La joie de voir que la Compagnie peut me faire confiance en m’associant directement à la formation de mes propres confrères sur ce continent. Et tous les jours je me donne à fond pour me montrer digne et continuer de gagner cette confiance à travers mon travail. Je suis aussi heureux d’avoir un recteur (le père Yvon Christian Elenga, SJ) qui a confiance en moi puisqu’il m’a eu comme jeune jésuite étudiant à l’ITCJ et aujourd’hui heureux de m’avoir comme collaborateur.

Un mot en guise de conclusion

Tout en étant très heureux d’être ici à Hekima, je tiens à remercier le père Agbonkhianmeghe E. Orobator, SJ, Président de la Conférence des Supérieurs Majeurs d’Afrique et de Madagascar (JESAM) qui m’a demandé incessamment de venir en vue d’une mission partagée. Autrement dit avoir une vision commune de la Maison Jesam. L’ITCJ n’a rien à envier à Hekima, mais Hekima est aussi une maison qui a une longue tradition. J’ai aussi été très heureux de rencontrer les formateurs dont le Recteur d’Hekima en la personne du père John Ghansah, SJ, sans oublier les confrères de la même province dont le père Joachim Zoundi, SJ que j’admire beaucoup.

Laisser un commentaire