Foi et Joie-Tchad inaugure des collèges communautaires

Print Friendly, PDF & Email

Foi et Joie-Tchad en mouvement

Le bâtiment “A” vu de face

Le lundi 02 octobre n’a pas été que le premier jour de la rentrée scolaire 2017-2018 au Tchad. Ce fut aussi et surtout pour l’ensemble de la communauté éducative de Foi et Joie-Tchad (élèves, personnel, parents d’élèves, communautés locales, etc.), l’occasion d’une jubilation et de l’officialisation de son action au niveau secondaire. Et pour cause, son action éducative a connu un point d’orgue avec l’inauguration d’un de ses trois collèges communautaires couplée du lancement de l’année scolaire 2017-2018 dans la région du Guéra. Voilà qui confirme l’importance de l’apport de l’association Foi et Joie-Tchad aux yeux du gouvernement tchadien par l’intermédiaire de ses services déconcentrés.

Ces deux événements ont eu lieu en présence du Gouverneur de la région du Guera, son excellence Mahamat Ali  Hassabalah, de Mme Fatouma Abdoulaye, maire de Mongo, de M. MahamatIbetBeclat, délégué régional de l’éducation nationale pour le compte du Guéra, de Mgr. Henri Coudray, Vicaire apostolique de Mongo, du P. Serge Semur SJ et bien sûr du directeur du bureau exécutif de l’association Foi et Joie-Tchad en la personne du P. Saturnin Tsayem Dongmo. Cet événement, faut-il le rappeler, engage Foi et Joie Tchad dans un mouvement de croissance et de consolidation. Que dire donc de cette journée du 02 octobre ?

L’inauguration du collège communautaire Foi et Joie de Mongo

            La mission de Foi et Joie étant d’être « un mouvement international d’éducation populaire et de promotion sociale qui impulse, [et travaille avec et pour les communautés, dans le but de susciter] des processus » (Fédération internationale Foi et Joie, Mémoire 2016, p.5) de transformation inclusive, intégrale et de qualité, sa section nationale, c’est-à-dire Foi et Joie-Tchad, n’a pas voulu se contenter d’intervenir seulement dans l’enseignement primaire et maternelle – les pre-CP. La preuve a été l’ouverture dès l’année scolaire dernière, de trois collèges communautaires à Mongo, à Tchelati et à Magdoro.

Mise en terre d’un plan d’arbre par le directeur exécutif de Foi et Joie – Tchad

La cérémonie d’inauguration proprement dite a été ponctuée de trois événements marquants : le discours des autorités conviées, l’inauguration des bâtiments et la mise en terre de quelques plans d’arbres dans l’enceinte de l’établissement. De l’intervention du maire de Mongo, on retient que l’éducation, en ce qui concerne la région du Guéra, « a reçu une bouffée d’oxygène » grâce à l’implication de l’association Foi et Joie-Tchad. On peut lire donc dans l’intervention du Maire, une reconnaissance de l’action éducative de Foi et Joie. A la suite du maire, le délégué régional à l’éducation, après avoir fait cas des grèves et incidents qui ont emmaillés l’année scolaire 2016-2017, a rappelé aux différents acteurs du monde éducatif que le thème de cette année sera : « Le renforcement des acquis ».  Quant au directeur exécutif de Foi et Joie-Tchad, il procéda à une brève présentation de ce « mouvement » fondé et dirigé par la compagnie de jésus en posant la question : Qu’est-ce que foi et Joie ? Fe y Alegria, affirme-t-il, a débuté au Venezuela à Caracas sous l’impulsion de José María Vélaz SJ et d’Abraham Reyez qui offrit sa maison pour accueillir les premiers écoliers de Foi et Joie. C’est de là que naquit la mission de Foi et Joie : « donner à ceux qui ont le moins d’opportunités l’occasion de réaliser leurs rêves ». Voilà pourquoi, a poursuivi le directeur exécutif, « Foi et Joie commence là où finit le goudron ». De ce fait, l’emblème représentant un cœur rouge comportant des enfants peints en blancs et se tenant par la main – signe d’accompagnement et de proximité – est plein de sens ; le rouge étant le symbole de l’amour, celui de l’éducation à donner aux enfants et aux jeunes des secteurs pauvres, et le blanc symbole de la « pureté et du type de personne recréée à l’image de Dieu que Foi et Joie » veut contribuer à faire émerger. Achevant son propos, le directeur n’a pas manqué de souligner les différentes réalisations de Foi et Joie-Tchad : en plus de l’appui divers des 32 écoles Foi et Joie et des 3 collèges, on compte l’ouverture d’un centre de formation technique à N’Djamena, la construction de 27 bâtiments scolaires et des latrines, la formation de plus de 90 maitres communautaires et directeurs chaque année. Tout ceci au profit d’environ 9.000 écoliers, 300 élèves et 90 étudiants.  Pour l’ensemble de l’équipe foi et joie-Tchad la coupure du ruban par le gouverneur, ne constitue pas une invitation à dormir sur ses lauriers, mais à poursuivre le mouvement de façon plus ambitieuse.

De Mongo au Tchad,

Hermann BADJAÏ, S.J.

Laisser un commentaire