08 Mars : Le Supérieur général des Jésuites promeut la Femme

Print Friendly

« Nous, les Jésuites, sommes profondément conscients du rôle que jouent les femmes dans nos ministères », c’est en termes que s’est exprimé au Vatican, le père Arturo Sosa, SJ, Supérieur général des Jésuites à l’occasion de la célébration de la Journée Internationale de la Femme (JIF).

Répondant à l’invitation ce 08 mars, de « Voices of Faith » et du Service des Jésuites pour les Réfugiés (JRS), le père Arturo Sosa, SJ a salué le rôle des femmes dans l’Eglise et en particulier dans leur lien à la Compagnie de Jésus. Dans son message, le père Sosa, n’hésite pas à rappeler que le thème général de la JIF: « Être audacieux pour le changement », invite et permet notamment de « Rendre possible l’impossible ». Cet autre thème choisi par Voices of Faith lors de cette célébration a une résonance particulière au Vatican et spécialement pour lui comme « leader de la Compagnie de Jésus ». Pour le Pape François, souligne le père Sosa, « les femmes jouent un rôle fondamental dans le transfert de la foi et sont une source quotidienne de force dans une société qui porte cette foi et la renouvelle. »

« Nous, les Jésuites,  a-t-il ajouté, sommes profondément conscients du rôle que jouent les femmes dans nos ministères: les femmes laïques et religieuses servent de présidentes, de directrices de centres de retraite, d’enseignantes et de tous les rôles possibles. »

Ellen Johnson Sirleaf et Angela Merkel deux dirigeantes « modèles »

Le prélat a également invité à davantage de collaboration en ayant en toile de fond le rôle que jouent les femmes leaders dans le monde. Il cite notamment la présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, qui a su apporter « la paix et la réconciliation là où pour beaucoup d’hommes cela fut impossible ». Dans la crise migratoire qui secoue actuellement l’Europe, Mme Angela Merkel d’Allemagne a été une leader « courageuse et visionnaire ».

Soulignant le rôle majeur du JRS en faveur des femmes, le Général Arturo fait noter qu’il a servi pendant 10 ans à la frontière entre son pays natal – le Venezuela – et la Colombie qui compte l’un des plus grands nombre de déplacés internes dans le monde soit environ 7 millions de personnes. « Les femmes et les filles, a-t-il ajouté,  sont parmi les personnes les plus vulnérables en raison de la violence généralisée causée par des décennies de conflit. Elles sont exposés au recrutement armé et susceptibles d’être victimes d’une forme ou d’une autre d’exploitation, allant de l’esclavage moderne à la traite des êtres humains ». Mais malgré tout cela les femmes ne se résilient jamais. Elles restent toujours ouvertes et prêtent à la « réconciliation » y compris avec les « bourreaux » d’hier.

Honoré Onana Olah, SJ

(Lire l’intégralité du Message du père Arturo Sosa, SJ)

Laisser un commentaire