Akwaba n°14 :Vérité et Réconciliation : justice et miséricorde en Afrique

Print Friendly, PDF & Email

Sommaire

 ÉDITORIAL: Pour un vivre-ensemble réconcilié dans la justice et l’amour (Éphraïm NLANDU, S.J.)………………………………………………………………………………. p. 5

 DOSSIER: Vérité et Réconciliation : justice et miséricorde en Afrique

  • La mémoire de l’horrible: évoquer la souffrance en contexte postcrise, à la lisière du souvenir et de l’oubli, du pardon et de la justice (KodjoMawuelom N’BLASSO) …. 9

Nous proposons ici une réflexion sur la souffrance et des possibilités de son récit en contexte post-crise comme mémoire de l’horrible. L’horizon de cette mémoire se situe entre oubli et histoire, entre pardon et justice. Mais au-delà de cet horizon se trouvent d’autres possibilités : celles qui nous permettent d’apprendre de la crise, et de faire de la mémoire de la souffrance un lieu poétique et eschatologique. La souffrance peut devenir le lieu de la prise de conscience nationale et de la création des mythes fondateurs.

  • Justice, élixir de paix (Jean Éric Kadiata TSHIBANGU, S.J.) ………………………. 23

Cette réflexion tente d’analyser un ordre de choses dans notre monde contemporain. On y perçoit, avec une conscience plus ou moins aboutie, que le « vivre-ensemble » en est un défi de premier ordre, en l’occurrence des sociétés africaines post-conflits. La possibilité de retrouver la paix et la dignité humaine semble être vouée à l’échec, si la mémoire des souffrances exacerbées causées par des graves violations des droits fondamentaux n’est pas assouvie de manière juste et digne. Ainsi, la trilogie « justice-paix-réconciliation » se dresse à la rescousse des sociétés post-conflits en vue d’introduire un germe vivant dans l’organisme sociétal qui se meurt. Peut-elle réellement combler le déficit du vivre-ensemble ?

L’impératif d’une justice réparatrice en Afrique(Noelie DJIMADOUMBAYE, Xavière) p. 31

Que l’Afrique soit assoiffée de justice, cela n’est un secret pour personne au regard de la situation politique, économique et sociale qui prévaut dans le continent. La question est plutôt de se demander de quel type de justice l’Afrique a besoin pour se réconcilier et construire la paix de manière durable. Cet article propose un modèle de justice qui a pour paradigme la relation et non la loi. La justice réparatrice, en effet, replace l’homme au centre du processus de la justice au détriment de la loi comme c’est le cas la justice occidentale telle qu’elle se pratique dans nos tribunaux.

  • Les commissions de vérité et réconciliation (CVR). Jalons pour un engagement africain au service de la justice (Ephraïm NLANDU, SJ.) …………………………………… 47

On assiste aujourd’hui en Afrique à une certaine prolifération des initiatives en matière de justice transitionnelle. Celles-ci peuvent poser problème en termes de reconstruction du tissu social, surtout quand elles opèrent selon une certaine géométrie variable et sous l’influence d’une autorité politique. Le présent article partant d’une analyse historico-critique de l’action des Commission s Vérité et Réconciliation (CVR) en Afrique, entend poser les jalons d’une justice qui promeut la vérité, la réconciliation, le pardon et rétablit l’être humain dans sa dignité propre.

 

RÉFLEXIONS THEOLOGIQUES

  • Les créatures matérielles dans l’économie sacramentelle : quels impacts sur la question écologique? (Magloire TCHOUDJANG, S.J.)………………………………………… 65

En tant que dessein bienveillant de Dieu et sa réalisation tout au long de l’histoire, l’économie du salut est aussi le plan d’incarnation de Dieu sur terre. Son caractère sacramentel se réalise en la personne de Jésus-Christ, sacrement de Dieu, et dans l’Église, sacrement du Christ. L’économie sacramentelle apparaît plus convenablement sous l’aspect cosmique, parce qu’elle met en lumière le rôle des choses matérielles dans l’œuvre de salut de l’homme. Si l’univers devient dès lors un élément important du projet divin, c’est dire que le caractère sacramentel de l’économie du salut nous révèle le cosmos comme une réalité matérielle que l’homme doit respecter et préserver. Est-ce le cas dans un continent comme celui de l’Afrique ?

  • L’option fondamentale pour le Bien comme une exigence directe de la vérité humaine adéquatement comprise (Wilfried Sambo BANABA, S.J.)…………………………… 81

Quelle est l’attitude fondamentale sans laquelle il est quasiment impossible à l’homme de parvenir à la vraie liberté et donc au bonheur éternel ? La question du jeune homme riche selon laquelle « Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? » révèle l’attitude fondamentale nécessaire à l’être humain pour répondre adéquatement à l’exigence de sa vérité : « l’obéissance de la foi » dans un « complet hommage d’intelligence et de volonté » en quoi consiste l’option fondamentale pour le Bien.

 

RÉFLEXIONS LIBRES

  • Herméneutique dialectique et discursivité postcoloniale pour une parémiologie historitico-définitionnelle (Yannick ESSENGUE, S.J.) ………………………………. 89

Nous voulons réfléchir au rapport entre philosophie et herméneutique en contexte africain postcolonial. C’est précisément situer le lieu de basculement herméneutique comme démarche essentiellement philosophique après un long parcours théologique, juridique et philologique, même si en réalité la quête herméneutique semble contemporaine de la déréliction de l’homme devant l’absurde de l’incompréhensible. La définition représente pour nous, une des pistes herméneutiques à prendre au sérieux, pour ce qui est de la saisie du rapport du sujet situé, face au réel. Comment mettre ensemble herméneutique gadamérienne (dialectique) et discursivité de Kinyongo (théorie herméneutique en philosophie africaine) dans un contexte postcolonial ? Si la post colonie est comprise avec Achille Mbembe comme « politique de la vie », alors notre conviction est que l’histoire africaine a un sens dialectique, et ce dernier demande une interprétation, c’est celle que nous voulons faire par l’idée de parémiologie historitico-définitionnelle.

 

RECENSIONS

  • Amorislaetitia, Pape François (Sr Danielle MANTHO, S.F.X.)…………………… 109
  • RÉCAPITULATIF DES TRAVAUX DE RECHERCHE DES FINALISTES. ANNÉE ACADÉMIQUE 2015-2016…………………………………………………………… 111

Laisser un commentaire