Nairobi : Journée d’action de grâces à l’université d’Hekima

Print Friendly, PDF & Email

« Pourquoi célébrer une journée d’action de grâces à Hekima ? » C’est l’une des questions à laquelle a répondu le Père Agbonkhianmeghe Orobator, SJ, Principal d’Hekima University College (Kenya) qui a présidé ce 26 novembre la messe d’action marquant la fin des cours du premier semestre et l’au revoir au père Floribert Kombi, AA, professeur d’Ecriture Sainte dans cette institution jésuite.

A l’occasion de la journée d’action de grâces organisée par Hekima University College le père Agbonkhianmeghe Orobator, SJ, a célébré la messe d’action de grâces au cours de laquelle il a rappelé le sens de la célébration d’une journée d’action de grâces pour une institution jésuite comme celle d’Hekima. Partant d’un proverbe de Benin City (Nigéria) qui dit « qu’une personne qui exprime sa gratitude la rend digne pour recevoir une autre faveur »  le père Orobator, SJ, a souligné que ce n’est pas toujours clair « dans l’entendement des individus et spécialement des étudiants le pourquoi d’une célébration d’action de grâces ». Revenu fraichement de Rome où il a pris part à la 36e Congrégation générale, le prélat tout en faisant le lien entre la célébration de la Basilique de saint Jean de Latran à Rome comme «  Mère » de toutes les églises, et la célébration du jour dans la chapelle d’Hekima, a également mentionné les nombreux efforts accomplis par les étudiants durant la première partie de l’année académique, pour finir leurs « papers et pour se les faire corriger par les enseignants ; ces derniers qui corrigeront également les examens » à venir.

Une liturgie aux couleurs africaines

Abordant le caractère africain de la célébration, le Principal d’Hekima, a rapporté les paroles de l’ancien Uchendu mentionné  dans l’ouvrage de l’écrivain nigérian Chinua Achebe, Things Fall Apart, qui dit qu’ « un homme qui invite ses parents pour une fête ne le fait pas pour les sauver de la faim. Ils ont tous de la nourriture dans leurs maisons. Quand nous nous rassemblons le soir au village au clair de lune, ce n’est pas à cause de la lune. Chaque homme peut la voir à partir de sa maison. Nous nous réunissons parce qu’il est bon pour les parents de le faire. » Aujourd’hui, a-t-il ajouté, nous nous réunissions autour de cette table eucharistique parce qu’il est bon pour nous de le faire. À partir de nos différents talents comme membres d’Hekima, nous formons une communauté. Et nous voulons, a-t-il poursuivi, mettre en pratique ces mots de Jésus de Nazareth « être des lumières les uns pour les autres, ». (Mt 5,16) Et « serviteurs les uns pour les autres ». « À Hekima, nous sommes tous parentés » a conclu le père Agbonkhianmeghe Orobator, SJ.

La messe d’action de grâces s’est poursuivie avec des chants et des danses aux rythmes africains, comme le sait si bien exécuter la chorale d’Hekima University College.

 Le père Floribert Kombi, AA, professeur d’Ecriture Sainte s’en va

Le père Kombi lors de son mot de remerciements à Hekima
Le père Kombi lors de son mot de remerciements à Hekima

Soulignons qu’à l’occasion de cette journée d’action de grâces, les étudiants ont assisté dans la matinée, à un speech donné par l’Avocat Me Mbuthi Gathenji, sur le thème de la « justice en politique » avec en toile de fond le meurtre du père Anthony Kaiser au Kenya survenu lors des dernières violences post-électorales de 2007/2008.

La journée fut également une occasion pour Hekima University College de remercier le père Floribert Kombi, AA, professeur d’Ecriture Sainte qui a beaucoup œuvré dans cette institution jésuite. C’est en effet en 2008 que le père Kombi, de la Congrégation des Augustins de l’Assomption a débuté l’enseignement de l’Ecriture Sainte dans cette institution. Pour le jésuite malgache Hervé Ramarolahy, le départ du père Kombi pour sa nouvelle mission « est une nouvelle triste puisqu’il est, en plus d’être un bon enseignant et formateur, un homme d’une grande profondeur spirituelle et toujours disponible pour les étudiants. Le père Kombi, a ajouté le jésuite Ramarolahy, a participé à la formation de nombreux jésuites qui répandent aujourd’hui la Bonne Nouvelle à travers le monde ».

Après la messe aux couleurs africaines, intervenue en fin de matinée, les étudiants et enseignants tous vêtus en habits traditionnels, ont ainsi pu procéder à la deuxième partie du programme consacrée au repas et aux performances culturelles variées.

Honoré Onana Olah, SJ

(Photo d’affiche : de gauche à droite les PP jésuites John Ghansah, A. Orobator et Emmanuel Foro)