Ouverture de la cause de béatification de Mgr Christophe Munzihirwa

Print Friendly

Jésuite, évêque et Martyr

mzeeA l’occasion des 20 ans de l’assassinat de Mgr Munzihirwa, le diocèse de Bukavu fait mémoire et introduit sa cause de béatification.

Né en 1926 à Burhale (Sud-Kivu/ RD Congo). Etudes : Ecole paroissiale – Ecole normale – Petit séminaire de Mugeri-Grand séminaire de Moba. 17 août 1958 : Ordination sacerdotale comme prêtre diocésain à Walungu. 7 septembre 1963 : Noviciat des Jésuites (Compagnie de Jésus), suivi de la philosophie à Canisius (Kimwenza) et de la théologie à Louvain en Belgique. 1967-1969 : Licence en sciences sociales à l’université catholique de Louvain. 1971 : Père spirituel des scolastiques de Kimwenza et aumônier de la paroisse universitaire de Kinshasa. Enrôlé dans l’armée par solidarité avec les étudiants exprimant leur mécontentement. 1973 : Membre du Centre d’Etudes pour l’Action Sociale (CEPAS), Kinshasa et du CADICEC. 1977 : Début thèse en sociologie à l’Université de Lubumbashi, poursuivie à Louvain. 1978 : Recteur du scolasticat et philosophat Saint Pierre Canisius de Kimwenza. 1980 : Supérieur provincial des jésuites d’Afrique centrale pour 6 ans. 1986 : Evêque coadjuteur du diocèse de Kasongo. Avril 1990 : Evêque de Kasongo et après il combine avec le poste d’administrateur de l’archidiocèse de Bukavu. 1994 : Archevêque de Bukavu et participe au synode spécial sur l’Église en Afrique convoqué par le pape Jean Paul II à Rome (avril-mai 1994). C’est le temps du drame rwandais qui a coûté la vie à environ un million de personnes et dont le débordement a exacerbé la situation de l’ex-Zaïre voisin. Flux incontrôlable des refugiés, éparpillement dans la région des hommes lourdement armés et sans commandement clair, poursuite des velléités hégémoniques. Cette situation pousse l’Archevêque à prendre diverses positions pour la défense des populations et des biens, mais aussi celle des refugiés, des veuves et des orphelins sans protection. Il s’adresse sans se lasser aux autorités locales, régionales, sous-régionales, nationales et internationales. Le message du Mzee (Sage), réconfortant pour les populations désemparées et gênant pour ceux aux agendas obscurs, va faire de lui une cible à éliminer. Le 29 octobre 1996, après une réunion du comité de défense de la population qu’il présidait, son véhicule fut arrêté par un commando étranger et, après avoir été interrogé et que le commando ait reçu l’ordre de l’abattre, Mzee Christophe Munzihirwa fut assassiné la main tenant la Croix, symbole de notre salut. Mzee, que ton sang versé pour la paix et la réconciliation dans ton pays, nous obtienne du Père ce que nous désirons ardemment : vivre dignement en enfants de Dieu et jouir des biens de la création mis à notre disposition.

Trouvez ci-joint la conférence donnée par Mgr. Sébastien Joseph Muyendo Mulombe, actuel évêque d’Uvira : http://urbi-orbi-africa.la-croix.com/wp-content/uploads/2016/11/20161029_MgrMulombeSurMgrMunzihirwa.pdf

Prière :

Dieu, notre Père, Tu as tant aimé le monde que tu as envoyé ton Fils unique pour nous révéler ta bonté et ta miséricorde. Il a été condamné à mort parce qu’il a témoigné de la Vérité. Tu as aussi appelé Mgr Christophe Munzihirwa pour qu’il soit berger de ton peuple. Comme Jésus, ton Fils, il a témoigné de la Vérité. Il a demandé justice pour tous tes enfants, sans distinction. Comme Jésus, il l’a payé de sa vie. Mgr Christophe est martyr de la Vérité et de la Justice. Dieu, notre Père, Nous savons que tu l’as accueilli, que tu lui as dit : « Viens, serviteur bon et fidèle, entre dans la joie de ton Maître ». Nous te rendons grâce de nous avoir donné Mgr Christophe, Un pasteur courageux, un vrai religieux, d’une grande simplicité, Un modèle pour nous tous. Daigne nous accorder que l’Eglise puisse le reconnaître comme un saint de notre temps. Bon et fidèle pasteur Mzee Christophe, intercède pour nous auprès de Jésus et Marie, pour que la Justice, la Vérité et la Paix triomphent dans notre pays, en Afrique et dans le monde entier. Par Jésus Christ, notre frère. Amen. Une grâce à demander par l’intercession de Mgr Christophe Munzihirwa.

Laisser un commentaire