ITCJ: rentrée académique 2016-2017. « L’ésotérisme : le salut par la connaissance »

Print Friendly, PDF & Email

Comme chaque année, les autorités académiques de l’Institut de Théologie de la Compagnie de Jésus (ITCJ) d’Abidjan ont procédé à l’ouverture de l’année, le samedi 17 septembre 2016. Au programme de cette journée d’ouverture de la nouvelle année: la leçon inaugurale prononcée par le Père Martin BIRBA, S.J., jésuite burkinabè et la messe votive de l’Esprit Saint présidée par le Père recteur, Yvon Christian ELENGA, S.J.

Le Père Anicet N’TEBA, S.J., en sa qualité de Doyen, a salué la présence de la nouvelle équipe des enseignants dans laquelle on trouve des anciens étudiants de l’ITCJ. Il s’agit nommément des Pères : Jean Paul SAVI, S.J., Jean MESSINGUE, S.J. et Rodrigue NAORTANGAR, S.J. Parmi les enseignants permanents l’ITCJ accueille le Père Wilfried OKAMBAWA, S.J qui a été dans la première équipe des enseignants qui ont ouvert l’institut en 2004.

Le Doyen a, également, communiqué le nombre des étudiants enregistrés en cette nouvelle année: quatre vingt (80) au total. Ils sont composés de jésuites et de non-jésuites. Dans un institut d’enseignement supérieur comme l’ITCJ, l’on doit toujours se poser les questions suivantes, suggère le Père Doyen, Anicet N’TEBA: Qu’avons-nous fait ? Qu’allons-nous faire ? Et que devons-nous faire ? Ce triple questionnement bien ignacien rappelle qu’il y a nécessité et possibilité de s’améliorer dans la vie à mesure qu’on écrit sa propre histoire. Ainsi, la communauté académique de l’TCJ doit se remémorer ses trois questions tout au long de l’année. Ce faisant, elle saura garder en veille l’appel à l’excellence, au Magis jésuite.

C’est également l’invitation lancée par le Père recteur pendant son homélie. Il a justifié la connaissance de Dieu par l’homme battant ainsi en brèche une certaine idéologie selon laquelle l’homme ne peut pas connaître Dieu. Selon le Père ELENGA, si l’homme ne peut pas totalement et complètement saisir Dieu et son essence, il lui est toutefois bien possible de le connaître. C’est d’ailleurs pourquoi nous étudions la théologie qui, par définition, est le discours de l’homme sur Dieu.

Le président des étudiants, Jean Eric TSHIBANGU, S.J. (2e année), a clôturé les discours officiels. Son propos a surtout été un remerciement aux autorités pour la rénovation des locaux de l’institut notamment les salles de cours et l’amphithéâtre. Mais il a aussi lancé un appel à deux niveaux. A l’égard des professeurs afin qu’ils aident les étudiants à progresser dans l’acquisition de la science théologique et à l’endroit des étudiants une invitation à la persévérance dans l’assimilation des cours. Si les difficultés deviennent de plus en plus pesantes, alors que Jésus Lui-même puisse « entraîner » chacun derrière lui, a prié le président des étudiants.

Après cette série d’allocutions, le Père Martin BIRBA a développé le thème de la leçon inaugurale : L’ÉSOTÉRISME : LE SALUT PAR LA CONNAISSANCE. Un sujet qui ne pouvait qu’emballer l’assistance tant il est en vogue aujourd’hui, notamment dans les sociétés africaines. D’emblée, le Père Martin a indiqué qu’en fait : « ésotérisme, occultisme, magie, spiritisme c’est tout un ». Il a renchérit pour dire que « l’ésotérisme est la théorie, l’enseignement secret de l’occultisme ; l’occultisme, la magie et le spiritisme étant l’application de l’ésotérisme, et même sans interroger spécifiquement les esprits, ceux-ci participent activement à l’ésotérisme : autrement dit, à l’occultisme, à la magie et au spiritisme ».

Selon le Père BIRBA: « L’homme n’a plus à chercher Dieu dans la Nature comme c’était autrefois. Certes, la Bible nous invite à contempler dans la Création ‘les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité’ (Rom 1,20). Car la Création manifeste bel et bien l’existence d’un Créateur ; ne pas le croire, c’est se rendre inexcusable. Un vrai chrétien reconnaît que la Nature a été créée par Dieu, mais il ne peut admettre que la Nature est la Vérité dernière ; de même, l’homme, pourtant créature de Dieu, ne peut être la Vérité. La Vérité se place à un autre niveau, à celui de Dieu et de Celui qu’il a envoyé. Car ‘la Grâce et la Vérité, écrit l’apôtre Jean, sont venues par Jésus-Christ’ (Jn. 1,17).  Ainsi l’homme n’a pas à chercher en lui, ni dans la Nature pour découvrir la Vérité, ni dans la Tradition ésotérique, mais dans la Bible, Parole de Dieu, dans le Christ ».

C’est avant la bénédiction finale de la messe votive que le Père recteur, Yvon Christian ELENGA a, au nom du Président du JESAM, déclaré officiellement ouverte l’année académique 2016-2017 à l’ITCJ.

 

Pierre Y. Boubane, S.J.

Laisser un commentaire