Yaoundé: Rencontre avec le délégué du Provincial pour la partie ouest

Print Friendly

delegue-ouest-pao-yaounde_2Le dimanche 24 avril 2016, la communauté saint Alberto Hurtado a servi de cadre à la rencontre entre le délégué du Provincial pour la partie ouest de la PAO, le père Martin BRIBA SJ  et les trois communautés jésuites de Yaoundé. Profitant d’un bref séjour à Yaoundé avant d’amorcer le long périple devant le conduire à Bafoussam pour la consulte, le père Martin BRIBA a saisi cette opportunité pour donner les nouvelles de la partie ouest de la province. Mais avant cela, il a tenu à préciser que son rôle, en tant que délégué, n’est pas d’assurer la cura personnalis des jésuites œuvrant dans cette importante partie de notre province, mais simplement d’être un délégué pour les œuvres. Voilà pourquoi, dès sa prise de fonction, il a déjà assuré les activités suivantes :

  • Prise de contact avec l’archevêque de Bamako au Mali qui lance un appel à l’endroit de la PAO pour la réhabilitation du Centre d’échange et de réflexion sur le développement de Djolibat.
  • Visite de l’orphelinat, de l’école primaire et du centre de santé de Sobané, en Guinée Conakry, confiés au jésuite par un bienfaiteur italien. Le projet en cours à Sobané est l’ouverture d’un collège qui aurait une connotation professionnelle. A Conakry également, la PAO se penchera vers l’éducation.
  • La troisième étape de sa visite concerne les communautés du Burkina Faso. Tout va bien pour l’instant et l’on ne peut qu’encourager les compagnons ainsi engagés. Le CERCLE a reçu un bâtiment annexe, un ermitage et un forage provenant du père Jean Ilboudo de la Théotokos SJ. Pour l’avenir, il sera souhaitable d’agrandir le Centre spirituel de Pââm Yôôdo ainsi que son personnel. La création d’une école normale pour former des enseignants serait également l’apanage de la PAO au Burkina Faso.
  • A Cotonou, au Bénin, le CREC ne tient pas la promesse des fleurs car le bâtiment est prêt mais le reste ne suit pas encore. Ce qui constitue alors un objet de réflexion et de discernement sur l’orientation à donner à ce centre. Par ailleurs, les évêques du Nord du Bénin sollicitent l’aide des jésuites pour la création d’une université.
  • Au Togo, les compagnons se portent bien et se dévouent à leurs tâches. Le CCL s’est agrandi d’un centre de musique, d’un gymnase, d’un complexe sportif et projette d’acheter un nouveau terrain … Pour ce qui est du CEL, son avenir donne lieu à penser car il est moins fréquenté. Ne faudrait-il pas le  transformer en véritable centre d’analyses biomédicales ou en centre social ? C’est une piste qu’il faudra certainement exploiter. En outre, l’évêque d’Atakpamé souhaite que les jésuites s’installent dans son diocèse.
  • En Côte d’Ivoire, les compagnons vont bien et chacun accomplit bien sa tâche dans le Seigneur. Il y a projet de création d’un collège à Abobo.
  • Enfin, au Sénégal, le père Martin a rencontré l’archevêque de Dakar qui souhaite que les jésuites prennent pleinement la paroisse et le centre des jeunes de Tambacounda. Le père Martin pense qu’il faut orienter ce centre vers des activités plus urgentes et nécessaires dans ce coin de la capitale (mécanique, plomberie, agriculture…).
  • Pour terminer ses propos, le père Martin BRIBA a interpellé chacun sur les problèmes qui ressortent de sa visite à savoir : les moyens techniques et financiers et le problème du personnel adéquat. En conséquence, les scolastiques devront comprendre qu’on ne saurait les maintenir trop longtemps aux études si l’on veut continuer à tenir les différentes œuvres et en accepter d’autres proposées aux jésuites çà et là.  Il y a un réel défi à relever, celui de la moisson abondante et des ouvriers peu nombreux. A sa suite, le père Nicolas OSSAMA SJ, suggère de dresser une géographie humaine de cette partie ouest de la province. Une prière finale a servi de terme à cette rencontre !

GANDAF WALLE Jean-Pierre SJ & NAOUDOUWEL Fulbert SJ

Laisser un commentaire