Triduum pascal et rénovation des vœux des Scolastiques à Yaoundé

Print Friendly, PDF & Email

Dans les Constitutions de la Compagnie, il est stipulé clairement que « pour accroitre leur dévotion et renouveler le souvenir de l’engagement par lequel ils sont liés à Dieu, ainsi que pour affermir davantage les Scolastiques dans leur vocation, il sera bon que deux fois par an, à Pâques et à Noël, ils renouvellent les vœux simples qu’ils ont prononcés selon la formule donnée… » (N° 346). C’est en s’inscrivant dans cette même tradition que les supérieurs des communautés de Yaoundé ont programmé un triduum à double intérêt : la préparation spirituelle à vivre le mystère de notre rédemption et la rénovation de l’engagement des scolastiques de Yaoundé à la suite du Christ dans la petite Compagnie de Jésus.

Il était 17h15min lorsque les scolastiques, chacun à partir de sa communauté, convergèrent vers Mendong, un quartier périphérique de Yaoundé, dans un centre d’accueil des Sœurs Conceptionistes, dont le calme prêtait le flanc à une sérieuse expérience spirituelle. Il y avait au total 25 scolastiques parmi lesquels les scolastiques philosophes, les régents, et ceux des études complémentaires. Il faut noter la présence du père Diddy BROSSALA, SJ, qui a prêché et dirigé la retraite. Le professeur de philosophie de l’UCAC s’est montré d’une profondeur spirituelle abyssale qui a permis à chacun de nous de sortir des bruits et des spéculations philosophiques ou encore des calculs de gestion ou d’informatique pour se focaliser sur le double événement que nous préparions.

Pendant ces trois jours de cœur à cœur avec Dieu, plusieurs thèmes ont été abordés, d’abord pour nourrir notre contemplation et ensuite faire un point sur notre sequaela Christi en tant que Jésuite. Nous vous proposons quelques articulations qui méritent d’être partagées sur cette plate-forme.

Suivre le Christ pauvre, Chaste et Obéissant : la contemplation devant mener à la résurrection est une contemplation d’un homme de douleur. Il s’agit de compatir avec le maître de la vie qui donne sa vie pour ma vie. Ici il est question de découvrir comment le Christ donne un nouveau sens à la souffrance. Il accepte de souffrir en vue de quelque chose de plus grand. Puissions-nous, nous aussi consentir à nous dépenser généreusement à la reconstruction de la dignité, et la défense des plus petits dans nos sociétés. Ceci est d’autant plus urgent que nous sommes dans la l’année de miséricorde décrétée par sa Sainteté le Pape François.

La vie religieuse, une exégèse vivante de la parole de Dieu. Cette section est un appel à reproduire autant que possible la vie de Jésus. C’est d’ailleurs le rôle des vœux : ils « modèlent notre vie en vue de la rendre Christocentrique » et “utilisable par Dieu“. En tant que compagnons de Jésus, nous sommes appelés à parcourir notre monde d’aujourd’hui, comme le fit notre maître autrefois, pour défendre l’Etendard de la Croix contre toutes les formes d’injustices et de compromissions dont le monde fait l’objet.

La vie communautaire comme le lieu souche de la mission : la communauté est le lieu de germination, la pépinière de la mission. Pour ce faire, le vivre-ensemble doit être promu et arrosé par la patience, le respect et l’acceptation de la diversité pour atteindre l’union des cœurs souhaitée malgré nos diversités culturelles.

Du jardin d’Eden à Gethsémani : il s’agit de faire un parallèle entre les deux jardins et se rendre compte que la liberté est une notion qui leur est transversale. Dans le premier, une liberté mal comprise a conduit les hommes à s’ériger en leur propre principe, et par le fait-même, ils proclament leur autonomie. Dans le second jardin, la liberté est comprise comme l’anéantissement de soi pour être libre à l’accomplissement de la volonté de Dieu. Cette dernière nous rejoint, car l’objet de notre consécration est de nous dépouiller de tous les attachements désordonnés pour nous donner à la mission du Christ. Le triduum s’acheva le samedi Saint vers 15h dans un climat de recueillement, d’action de grâce et de reconnaissance envers les sœurs qui se dévouèrent pour la réussite du Triduum.

Le deuxième volet de l’événement à savoir la rénovation des vœux a eu lieu le Dimanche de Pâques à la Chapelle de la Communauté Hurtado. A l’exception des scolastiques de la communauté de Bellarmin qui ont choisi de renouveler leurs vœux en communauté, tous les autres scolastiques étaient présents. La Messe était célébrée par le Père Abel N’Djomon Béranger SJ, supérieur de la communauté Alberto Hurtado. Tout se passa selon la tradition de la Compagnie et l’esprit de notre père Ignace. Prends Seigneur et reçois toute  ma liberté, ma mémoire mon intelligence, toute ma volonté…

 

Naoudouwel Fulbert, SJ.

Laisser un commentaire