Mercredi de la 4è semaine de carême

Print Friendly, PDF & Email

Isaïe 49, 8-15

Ainsi parle le Seigneur : Au temps favorable, je t’ai exaucé, au jour du salut, je t’ai secouru. Je t’ai façonné, établi, pour que tu sois l’alliance du peuple, pour relever le pays, restituer les héritages dévastés et dire aux prisonniers : « Sortez » ! Aux captifs des ténèbres : « Montrez-vous » ! Au long des routes, ils pourront paître ; sur les hauteurs dénudées seront leurs pâturages. Ils n’auront ni faim ni soif ; le vent brûlant et le soleil ne les frapperont plus. Lui, plein de compassion, les guidera, les conduira vers les eaux vives. De toutes mes montagnes, je ferai un chemin, et ma route sera rehaussée.

Voici : ils viennent de loin, les uns du nord et du couchant, les autres des terres du sud. Cieux, criez de joie ! Terre, exulte ! Montagne, éclatez en cris de joie ! Car le Seigneur console son peuple ; de ses pauvres, il a la compassion. Jérusalem disait : « Le Seigneur m’a abandonné, mon Seigneur m’a oubliée. » Une femme peut-elle oublier son nourrisson, ne plus avoir de la tendresse pour le fils de ses entrailles ? Même si elle l’oubliait, moi, je ne t’oublierai pas.


 

Entrée en prière : Entamer la prière comme à l’accoutumée, lire le texte attentivement, laisser les images prendre forme dans mon esprit.

Composition de lieu : Avec les yeux de l’imagination, voyons une prison et un endroit ténébreux où l’on est privé de liberté ; et subitement les choses s’améliorent, on nous annonce une bonne nouvelle avec des privilèges à l’appui. Liberté, restauration de notre dignité, etc. Essayer de goûter à la joie qui peut nous animer.

La grâce à demander : La joie de se savoir aimé par Dieu, de sentir qu’on a du prix à ses yeux.

Points pour la Méditation

  • Nous arrêter un temps soit peu pour mesurer la portée et le sens de la liberté, laquelle nous délivre de toutes nos chaînes de captivité, c’est un soleil nouveau qui se lève pour moi. Dieu m’offre aujourd’hui la libération de:
  • l’emprise de l’ennemi
  • des épreuves imposées par les vicissitudes de notre existence
  • du manque de pardon et de la haine
  • «Voici : ils viennent de loin, les uns du nord et du couchant, les autres des terres du sud. Cieux, criez de joie ! Terre, exulte ! Montagne, éclatez en cris de joie ! Car le Seigneur console son peuple ; de ses pauvres, il a la compassion.»

Laisser ces paroles du Seigneur avoir un écho favorable dans notre cœur.

  • Chacun de nous a du prix aux yeux de Dieu,
  • Dieu rassure chacun de nous, car son Amour pour nous est indéfectible, il est pur.
  • Il nous assure sa bienveillance.

C’est le lieu de laisser Dieu nous rejoindre dans notre angoisse existentielle, car il pacifie toutes nos blessures, il nous remet en confiance, nous ne sommes pas seuls. Il ne faut pas désespérer, mais susciter en nous l’estime de soi.

Colloque : Dans un dialogue intime et amical, dire à Dieu que nous L’aimons, le Lui dire avec beaucoup de tendresse. Et nous laisser bercer, consoler par sa douce présence. Dire à Dieu notre joie de l’avoir comme Père. Ensuite relire tout le déroulement de ma prière.

Terminer par un Pater ou un Ave Maria

 

Daniel BATIONO, sj

Laisser un commentaire