Bref rapport de la rencontre mondiale du MEJ Rome 2015

Print Friendly, PDF & Email

Du mardi 4 au Lundi 10 août, les membres du Mouvement Eucharistique des Jeunes se sont donné rendez-vous à Rome pour célébrer le centenaire du mouvement. Environ mille cinq cents jeunes et encadreurs ont honoré de leur présence cet événement. Sept pays africains ont effectué le déplacement (l’Angola, le Cameroun, l’Ethiopie, le Gabon, l’Ile Maurice, Madagascar et la République Démocratique du Congo). Ce fut un moment intense de joie, de partage, de pèlerinage et de célébration de notre appartenance au Christ qui chaque jour se donne pour nous et à nous dans l’Eucharistie. Je voudrais ici partager quelques moments forts de ce grand rassemblement en l’occurrence l’audience avec le Pape et la rencontre des responsables   avec le Père Général.

Le jeudi 7 août, nous avons eu une belle rencontre avec le Pape François dans la salle Paul VI du Vatican. Le père Adolfo Nicolas, Supérieur Général de la Compagnie de Jésus et Directeur Général de l’Apostolat de la Prière et du Mouvement Eucharistique des Jeunes, a pris la parole en premier pour présenter au Pape les jeunes du MEJ venus des quatre coins du monde. Ensuite le Père Frédéric Fornos, s.j. est intervenu   en tant que Directeur   Général Délégué pour présenter le mouvement au Pape d’une part et d’autre part pour lui présenter le projet d’application pour Smartphone « Click to Pray » qui sera opérationnel en 2016. Quelques jeunes ont posé des questions au Pape. En bon père il leur a répondu de grand cœur.

Dans ses réponses, le Pape François a montré comment les tensions et les conflits sont inévitables dans notre vie quotidienne. Pour lui les tensions font grandir, elles développent le courage et les jeunes ont besoin de ce courage. On résout les tensions par le dialogue parce que le dialogue unit, que ce soit dans la famille ou dans un groupe d’amis, et on trouve une route pour marcher ensemble,   sans perdre son identité. On résout le conflit par le respect de l’identité de l’autre. Le conflit, pour être bien assumé, doit être orienté vers l’unité. De même, il ne faut pas trop s’attacher aux tensions, a dit le pape, car elles font souffrir. En effet, « un jeune sans tension est un jeune à la retraite, un jeune mort ; mais un jeune qui ne sait vivre que dans la tension, est un jeune malade. »

Le pape a présenté le plus grand défi qu’il a eu dans sa charge comme étant le discernement entre la paix qui vient de Jésus et celle qui vient de l’ennemi. Il a invité les jeunes à toujours chercher la paix qui vient de Jésus car elle n’est pas trompeuse et elle fait du bien.   Pour répondre à un jeune qui voulait savoir quelle a été sa plus grande joie en tant que Pape le saint Père a dit qu’il trouvait de la joie à voir les jeunes qui croient que Jésus est dans l’Eucharistie, qui croient que l’amour est plus fort que la haine, que la paix est plus forte que la guerre, que le respect est plus fort que le conflit, que l’harmonie est plus forte que les tensions. Cela est une espérance qui lui donne de la joie.

Il a montré comment Jésus se manifeste à ceux qu’il aime. « Quand tu rencontres Jésus – dans la prière, dans une œuvre bonne, dans une œuvre d’aide à quelqu’un d’autre… -, tu éprouveras la paix et aussi la joie. C’est cela, la manifestation. »

Il s’est aussi penché sur l’importance de l’Eucharistie. Elle est la mémoire de ce qu’a fait Jésus, a-t-il dit. La mémoire. C’est le conseil que Jésus a donné à ses disciples : « Faites ceci en ‘mémoire’ de moi ». C’est-à-dire chaque fois que vous faites cette célébration, souvenez-vous de moi ; chaque fois que vous allez prier devant le tabernacle, souvenez-vous de cela. Et n’oubliez pas ce que saint Paul disait à son disciple : « Souviens-toi de Jésus-Christ ! ».

Le Pape a ensuite invité l’assemblée à demander l’aide de la Vierge Marie par un

« Ave Maria » avant de donner sa bénédiction. Il a pour finir salué les handicapés et serré la main de tous les responsables nationaux du MEJ présents à l’audience.

Le dimanche 9 août de 10h30-11h30, dans une des salles de réunion   de la Curie Généralice, les directeurs nationaux du MEJ ont rencontré le Père Adolfo Nicolas, Supérieur Général de la Compagnie de Jésus.

Dans son message il nous a exhortés à faire de l’Eucharistie le centre de la vie des jeunes. Il a invité à donner aux jeunes les ressources pour vivre l’Eucharistie et devenir des personnes eucharistiques.   La vie eucharistique se manifeste par la joie, le pardon, le partage et l’amour. Là où on vit l’Eucharistie, les injustices, la violence, et les souffrances sont réduites. Pour le Père Général, nous devons comprendre l’Eucharistie de manière large. L’Eucharistie n’est pas seulement la transformation du pain et du vin. Elle est aussi l’offrande de soi. Dans la célébration de l’Eucharistie, nous devrions davantage communiquer la sagesse de Dieu, a-t-il dit.

Selon lui la célébration Eucharistique doit être suffisamment originale pour répondre aux attentes des jeunes. Dans l’Eucharistie il y a ce que les fidèles apportent et ce que Dieu apporte. Et l’homélie doit être le lieu où le prêtre réconcilie les besoins des fidèles et les grâces de Dieu. Il nous a invités à rechercher les besoins des jeunes aujourd’hui   dans leur relation avec Dieu. Presque tout dans la vie des gens est lié à l’Eucharistie, a-t-il souligné. Saint Ignace avait une grande dévotion à l’Eucharistie. Il avait retardé son ordination pour mieux se préparer et donner une plus grande profondeur à sa première célébration eucharistique. Le Père a rappelé ce que le Pape François avait dit au cours de la messe d’action de grâce célébrée au Gesù, à l’occasion de la canonisation de Pierre Favre : « le Jésuite est une personne à la pensée incomplète. » Nous devons toujours chercher ce qui va aider les jeunes à redécouvrir l’Eucharistie et à y trouver la joie. Le père Adolfo nous a aussi rappelé que le Pape Benoit XVI avait affirmé qu’il préfère un agnostique qui cherche à un catholique qui croit tout connaitre.

Le père Adolfo Nicolas a rappelé qu’aujourd’hui on ne parle plus de la mission des jésuites ou de la mission des franciscains, ainsi de suite. On parle de la mission de l’Eglise. Toute œuvre apostolique devrait être l’apostolat de l’Eglise ; c’est ce que saint Ignace exprimait déjà par l’expression « sentire cum ecclesia » L’Apostolat de la Prière et sa branche jeune, le Mouvement Eucharistique des Jeunes, constituent une mission de l’Eglise confiée à la Compagnie. Le Père Général a invité les responsables du MEJ à être flexibles dans leur travail. Il leur a recommandé la profondeur et la créativité, et, leur a demandé de travailler avec les jeunes et pour les jeunes afin que ceux-ci transforment le monde.

Durant notre séjour à Rome, nous avons vécu ensemble cinq merveilleuses célébrations eucharistiques respectivement en espagnol, en français, en italien, en portugais et en anglais. Chacune de ces célébrations avait un accent culturel particulier. Le Père Général nous a fait l’honneur de présider la dernière Eucharistie qu’une chorale congolaise de Rome a très bien animée. Le pèlerinage sur les lieux saints et sur les lieux ignatiens de Rome a contribué à notre ressourcement spirituel. Même si plusieurs Africains n’ont pas pu se rendre à Rome faute de visa, Rome 2015 restera pour nous un grand symbole de rencontre humaine, l’expression de la célébration de notre joie d’être mejiste et de partager la foi de notre mère l’Eglise Catholique.

Nous voulons rendre grâce à Dieu qui a permis cette rencontre. Nous disons merci au père Frédéric Fornos, à la sœur Lourdes Varguez, au père Loris Piorar et toute son équipe pour la bonne organisation de ce rassemblement de Rome 2015

Pour la Coordination Africaine du MEJ.

Père Thomas d’Aquin MBATNA TAIWE

Laisser un commentaire