Echo du stage pastoral avec Fe y Alegria à Madagascar

Print Friendly, PDF & Email

NtouloulouDu 22 mai au 8 juillet 2015, Jean Damascène Bavugayabo, sj (RWB) et moi, Jean-Audrey Touloulou, sj (AOC) avons été envoyés en mission à Madagascar pour une expérience pastorale dans le district missionnaire de Solila-Ikalamavony, Diocèse de Fianarantsoa.   Notre mission était de travailler avec Fe y Alegria, ‘Foi et joie’, une Fédération au service de l’éducation populaire fondée en Amérique Latine en 1955 par le père José Maria Vélaz.

Depuis sa naissance à Madagascar en novembre 2013, Fe y Alegria travaille en étroite collaboration avec les Ecoles Privées Catholiques, EPC en sigle. Actuellement au nombre de 28, ces écoles sont très pauvres et dispersées sur un rayon d’environ 50 km autour du centre d’Ikalamavony. Dans ces écoles rurales, Fe y Alegria à Madagascar poursuit, comme partout ailleurs, un objectif clair et précis : « donner de l’élan à l’éducation populaire, en faire une éducation de qualité, adaptée aux exigences du temps ».

Dans le district missionnaire de Solila- Ikalamavony, cet objectif principal, c’est-à-dire promouvoir une éducation de qualité, a été traduit en deux objectifs spécifiques : d’une part, planifier et organiser des sessions de formation pédagogique pour les enseignants, et d’autre part, discerner, financer et assurer le suivi des projets facilitant l’auto-prise en charge des Ecoles   Privées Catholiques. Parmi les projets retenus et approuvés, nous pouvons citer la   pisciculture, l’achat   d’une   rizière,   la construction d’un barrage facilitant l’irrigation des rizières, et la mise en place d’une banque de riz pour les ‘périodes de soudure’ (c’est-à-dire les moments de pénurie alimentaire). Tous ces projets sont supervisés par le directeur national de Fe y Alegria Madagascar, Père Emile Ranaivoarsoa,   sj   qui   travaille   en collaboration avec une équipe de deux inspecteurs.

Pour faciliter notre expérience pastorale, nous avons commencé par visiter, avec le Père Emile, les Ecoles Privées Catholiques sélectionnées et approuvées comme membres   de   Fe   y   Alegria Madagascar. Cette insertion pastorale a eu lieu peu après notre arrivée à Ikalamavony. Au programme de nos visites, trois points étaient à l’ordre du jour : prendre d’abord connaissance des joies et des difficultés rencontrées dans ces écoles, ensuite s’assurer que la formation pédagogique donnée est bien appliquée, et enfin examiner les projets proposés par ces écoles. L’objectif de ces visites est aussi d’encourager les comités des parents d’élèves à mieux s’organiser et à s’investir davantage dans l’éducation des enfants, dont l’avenir demeure une priorité pour la Fondation Fe y Alegria. Au total, nous avons visité dix (10) écoles, huit (8) dans la zone rurale d’Ikalamavony et deux (2) dans celle de Solila. Distantes l’une de l’autre d’environ 50 km, ces deux zones sont les premiers lieux d’implantation de Fe y Alegria à Madagascar.

A Vohibola par exemple (village situé à environ 3 km de Solila), nous avons contribué à la mise en œuvre du projet de pisciculture. En effet, le travail consistait à creuser de petites rigoles facilitant l’acheminement de l’eau des sources vers les espaces aménagés pour abriter les étangs. Cette activité a été menée de concert avec la population locale qui, a profondément apprécié l’engagement et le soutien dont Fe y Alegria Madagascar fait preuve. En plus de cette expérience sur terrain, nous avons également travaillé depuis Ikalamavony avec l’ONG Entreculturas, un des bienfaiteurs de Fe y Alegria à travers le monde. Notre responsabilité à ce niveau était de mettre à jours les comptes des deux dernières années. Aux responsables d’Entreculturas en général et à Lucas en particulier, nous disons sincèrement merci pour la collaboration.

Par ailleurs, la principale difficulté rencontrée pendant notre expérience pastorale était la barrière linguistique. A cause de notre ignorance du malgache, il nous était quelquefois difficile de communiquer aussi bien avec les élèves que les enseignants. Mais grâce à la présence du Père Emile qui aidait souvent pour l’interprétation, nous avons progressivement surmonté la difficulté, tout en apprenant quelques mots et expressions fréquemment utilisées dans les conversations quotidiennes. A vrai dire, œuvrer pour la formation intégrale de tout homme et de tout l’homme demeure le principal défi dans le district missionnaire de Solila-Ikalamavony. Ce défi   s’avère   de plus en plus complexe à cause de la pauvreté croissante, de l’abandon scolaire et du peu d’intérêt accordé par l’Etat à l’éducation de la jeunesse. Au-delà de la barrière linguistique, la modestie   et   la générosité des personnes rencontrées nous ont profondément interpellés et façonnés à plus d’un titre. Par ailleurs, le pèlerinage   à Ambiatibe et la messe d’ordination des pères Jean Fleurys, Claude Michel et Marie Ignace de Loyola demeurent des événements inoubliables. Ces événements nous ont permis non seulement de connaître la province de Madagascar mais aussi d’apprendre davantage à l’école de Saint Jacques Berthieu.

Au terme de notre mission dans le district missionnaire de Solila-Ikalamavony, nous sommes pleins de reconnaissance à l’endroit des Pères Pierre André Ranaivoarson, et Emile Ranaivoarsoa, respectivement Provincial de Madagascar et Directeur National de Fe y Alegria à Madagascar. Notre gratitude s’adresse aussi à tous les compagnons de la Province de Madagascar. Votre accueil chaleureux, votre sens de l’hospitalité et vos encouragements nous ont profondément aidés à nous intégrer, à vivre cette expérience avec joie, mais surtout avec   un cœur   large   et généreux. Que le Seigneur vous le rende au centuple et qu’Il fasse fructifier votre travail apostolique ! Nous n’oublions pas les instituteurs. Qu’ils trouvent ici l’expression de notre profonde gratitude !

Nous remercions aussi l’ONG Enterculturas qui ne cesse de soutenir financièrement et d’accompagner la Fédération Fe y Alegria dans ses projets et ses activités. Au bout du compte, l’expérience       faite       avec       Fe       y Alegria Madagascar     à     été     quelquefois éprouvante mais profondément formatrice tous azimuts.   Elle   demeure   pour   nous   une préparation effective au ministère pastoral ainsi qu’aux défis qui s’y rapportent.   Œuvrer pour     la     mission éducative à travers Fe y Alegria Madagascar a été pour nous un réel plaisir, un temps de grâces, mais davantage une manière concrète de sentir avec les pauvres, les nécessiteux de nos sociétés et de nos églises locales. Que le Seigneur bénisse cette œuvre apostolique naissante et qu’Il fasse fructifier toute activité au service   de la formation intégrale de la jeunesse !

Jean-Audrey TOULOULOU, SJ.

 

Laisser un commentaire